• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3199420

Enseignement

Mis en ligne le 10/03/2006

« De l'aide à l'autonomie : vaincre le paradoxe ? »


Le 17 mars prochain, l'École polytechnique de Seraing, établissement provincial, accueillera un colloque lié aux différentes actions de maillage social. Le thème choisi aborde une problématique fréquemment rencontrée par les organismes et institutions dont la mission vise l'aide aux personnes, jeunes et adultes, en difficulté.
La philosophie actuelle est de leur apporter un soutien afin qu'elles accèdent à un niveau suffisant d'autonomie pour assurer leur insertion socioprofessionnelle.
Si cela est fructueux dans de nombreux cas, il faut pourtant bien constater qu'une frange non négligeable du public concerné éprouve de grosses difficultés à se prendre en main pour faire face aux contraintes de la vie. Le risque est évidemment de voir, dans ce cas, l'aide ponctuelle se muer en assistanat perpétuel.
Comment casser cet enchaînement ? Ce sera le point central de cette journée de réflexion. Cette journée est co-organisée par le Département Formation de la Province de Liège, la Conférence des Présidents de CPAS de la région liégeoise et de Verviers, le CPAS de Seraing, le Conseil d'Arrondissement de l'Aide à la Jeunesse de Liège et l'A.S.B.L. « Les Territoires de la Mémoire, accueillera près de 400 personnes, (enseignants, assistants sociaux, membres de CPAS et…) tous professionnels concernés par cette problématique.
En début de semaine, André Gilles, le député permanent en charge de la Formation et de l’Enseignement provincial (initiateur du colloquet et Guy Martin (directeur général de la Formation à la Province) (la photo ci-contre) ont présenté le colloque ainsi que ses objectifs et les enjeux en question.

Le maillage social, un projet en constante expansion

« La Déclaration de politique générale provinciale d'octobre 2000 annonçait, parmi les actions provinciales prévues pour l'actuelle législature, la mise en place d'une structure spécifique destinée aux jeunes dont le comportement pose problème pour leur scolarité et celle des autres élèves. C'était le point de départ d'un projet qui n'allait cesser de se développer et continue aujourd'hui à s'étendre à de nouveaux partenaires : le projet « Réussite et Fraternité », présenté en août 2001. »

D'abord, des actions préventives au sein des écoles

« Dans un premier temps, les actions mises en place ont concerné l'école elle-même. L'école prise au sens large, dans la mesure où ces actions font intervenir l'établissement scolaire mais font aussi appel aux Centres PMS et au Service de Médiation scolaire. C'est ainsi qu'a été conçu un processus interne visant à accompagner les élèves dont le comportement pose problème. Cette façon de travailler a fait l'objet d'une formation à laquelle plus de quatre cents professeurs de tous les réseaux d'enseignement ont participé. »

L'ouverture de centres d'accueil spécifiques : les espaces Tremplin

« D'octobre 2003 à janvier 2005, la Province de Liège a mis en place quatre centres destinés aux élèves qui ont fait l'objet d'une exclusion, vivent une situation de crise ou se trouvent en grave décrochage scolaire : les espaces Tremplin. Ces centres ont été développés en partenariat avec des A.S.B.L. agréées : «Aux Sources » à Huy, « Rebonds » à Liège, «Forum» à Verviers et «Compas Format » à Flémalle puis à Ougrée. »

L'extension à des problématiques de plus en plus diverses : le projet de maillage social «Réussite et Solidarité»

« Les espaces Tremplin s'occupent prioritairement des problèmes de comportement. Mais il existe bien d'autres obstacles à la scolarité : santé déficiente, précarité financière, fragilité psychologique, isolement social, maltraitance,...
Pour faire face à ces problématiques diverses, le projet de maillage social « Réussite et
Solidarité » a été mis en place en octobre 2004 et fonctionne effectivement depuis début 2005.
Il tisse un réseau pluridisciplinaire qui permet d'intervenir rapidement auprès des jeunes mais
aussi de leurs familles.
Ce réseau relie les écoles, les centres PMS, le Service de Médiation scolaire, les espaces
Tremplin, les CPAS, l'Aide à la Jeunesse mais fait aussi appel à d'autres intervenants quand
la situation le réclame. »

Avec le projet d'insertion socioprofessionnelle SER-INSERT, un pas supplémentaire est franchi

« Actuellement en début d'expérimentation dans le bassin sérésien, le projet SER-INSERT vise l'insertion socioprofessionnelle de personnes peu scolarisées et peu qualifiées. Son originalité réside dans le fait qu'il renverse la logique traditionnelle selon laquelle il faut d'abord passer par l'école pour se former avant d'aller en milieu professionnel. En effet, le public concerné par le projet n'est pas attiré par le système scolaire classique. Dès lors, ces personnes commencent d'abord leur parcours dans une entreprise afin d'être confrontées aux contraintes de la vie au travail. Cela leur permet aussi de prendre conscience de leurs capacités, de leur goût pour certains types d'activités et de leurs besoins de formation pour progresser dans le métier. Ce progrès est indispensable pour réussir une insertion durable. »

Des résultats positifs mais aussi certaines situations très difficiles à résoudre

« Le processus d'accompagnement dans les écoles permet d'éviter des exclusions d'élèves. L'Espace Tremplin et le maillage social ont apporté une réponse positive à des dizaines de jeunes et à leurs familles. Le bilan global des actions mises en place est plus que satisfaisant (près de 55% des jeunes en difficultés et qui ont été pris en charge pendant un mois ou deux parviennent à se réinsérer NDLR). Cependant, il faut bien constater que, pour un certain nombre de personnes, jeunes et adultes, il est bien difficile de sortir de leur situation et d'accéder à un degré suffisant d'autonomie. Très souvent, ces personnes, après un accompagnement, reviennent rapidement solliciter l'aide des services parce qu'elles ne parviennent pas à gérer leur situation.
Ainsi, alors que les actions mises en oeuvre visent l'accès à l'autonomie et à la prise en charge personnelle, il y a ce retour vers la situation de départ. Comment aider et rendre autonome à la fois ? C'est ce paradoxe qui constituera le thème du colloque. »

Le colloque

La journée sera articulée autour de deux grands moments : une matinée de réflexion et de débat, un après-midi d'échanges et de rencontres.
Le matin, le colloque, présidé par Véronique De Keyzer, professeur à l'ULg et députée européenne, entendra les interventions de Mateo Alaluf, Professeur à l'ULB, Thierry Bodson, Secrétaire régional de la FGTB Liège - Huy - Waremme, Jean-François Guillaume, chercheur à l'ULG, Jean-Michel Heuskin, directeur du CRIPEL (Centre Régional pour l'Intégration des Personnes) et Pierre Petry, Président de l'A.S.B.L. « Les Territoires de la Mémoire ». Un débat entre ces différents intervenants sera animé par Jacques Bredael.
L'après-midi, placée sous le signe de la convivialité, permettra aux participants de se rencontrer et de discuter avec des représentants des organismes et des institutions intervenant auprès des personnes en difficultés. Seront également présentes des personnes qui, en dehors des circuits traditionnels, ont monté des projets originaux et sont prêtes à les faire partager à d'autres.

- Le colloque, ouvert également au grand public, a lieu dans les locaux de l’Ecole Polytechnique de Seraing, rue Peetermans, 78. L’inscription gratuite est cependant obligatoire. Renseignements : tél : 04.330.74.83 courriel : francis.bekaert@prov-liege.be





Ga. L.