• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3213126

Politique

Mis en ligne le 14/01/2006

Au PS : les vœux pour 2006 et réflexion…

C'est l'époque qui l'exige. Janvier est le mois des bonnes résolutions, histoire de commencer l'année nouvelle sur des bons vœux de circonstance et autres promesses. Sur ce point les différents partis politiques sont particulièrement aux aguets puisque 2006 sera l'année des élections municipales.
Du côté de la fédération liégeoise du PS, cela cogite ferme et son président, Willy Demeyer, avant de présenter ses voeux aux membres de la Fédération mliégeoise réuni au Palais des Congrès, a profité de l'an nouveau pour présenter, au siège de la rue sainte Véronique, les grandes lignes de son parti .
Pour le récent président de la Fédé, le PS reste la force de gauche incontournable et elle souhaite plus que jamais ouvrir ses rangs aux différents progressistes qui gravitent autour. A savoir, la FGTB, le monde associatif, les jeunes et les aînés, le mouvement alter mondialiste…Tous sont apparemment les bienvenus pour participer aux nombreux forums qui vont se dérouler dans les prochaines semaines et qui constitueront l'ossature du programme socialiste pour le rendez-vous électoral d'octobre. A noter qu'à Liège, le PS accueillera sur ses listes 12 candidats d'ouverture (sur les 49).
Parmi les thèmes qui inciteront à la réflexion, on trouve bien évidemment la création d'emploi qui constitue un défi majeur pour notre région, le cadre et la qualité de vie (logement mobilité, urbanisme, propreté, environnement), l'enseignement (communal et provincial) ainsi que la culture comme facteur d'émancipation et de rayonnement.
Autre chapitre, au cœur des débats, sera la sécurité. Sur ce point Willy Demeyer précise: "C'est un thème qui nous interpelle dans les différentes communes de l'arrondissement. Nous devons gérer la manière dont la sécurité doit être assurée au niveau des nuisances publiques qu'on appelle en Flandre des nuisances sociales. Sans oublier l'épineux problème de la toxicomanie sur le territoire de la ville de Liège."
La lutte conte l'extrême droite sera aussi une priorité. Le PS liégeois publiera dans quelques mois les résultats d'une étude de ce phénomène réalisée par l'Université de Liège. Ses conclusions viseront à proposer des actions pour développer la citoyenneté.
Pour le président de la fédération l'intégration des populations étrangères peut être facilitée par le droit de vote aux élections communales. C'est d'ailleurs ce qui est prévu pour les ressortissants "extra-européens" pour les municipales d'octobre. Or, il apparaît que l'application de la loi risque d'être compromise puisque l'Etat fédéral n'a pas encore prévu d'Arrêtés d'exécution. Si cette situation perdure, les communes devront gérer un profond sentiment de frustration de la part des personnes d'origine étrangère vivant sur le sol national depuis 5 ans…

Et en interne

Au niveau interne, le président Demeyer est plutôt satisfait du fonctionnement de sa fédération. Manifestement, il semble que les tumultes du Hainaut n'atteignent pas la Principauté. La tendance est à la transparence puisque la fédération fournit le nombre de ses affiliés, soit pour 2004 (pour les 24 communes de l'arrondissement): 21 895. Certes, on est loin des 30 000 sympathisants de 1975 mais l'époque est différente et le chiffre reste stable depuis le début 2000.
Pour Willy Demeyer, le PS est, et reste une force incontournable avec ses 15 bourgmestres, 74 échevins, 269 conseillers communaux, 9 majorités absolues et 8 coalitions, ainsi que les 2 députés permanents et 21 conseillers provinciaux. Un score que les socialistes liégeois espèrent voir à la hausse. La réponse viendra des urnes d'octobre prochain.







Christian Desloovere