• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3201053

Société

Mis en ligne le 23/12/2005

" NON AUX CENTRES FERMES, PAS D'ENFANTS DANS LES CENTRES ! "


Le "centre fermé" de Vottem, nous l'avons déjà écrit, est vraiment la HONTE de notre bon Pays de Liège, comme les autres "centres fermés" sont LA HONTE de notre pays.
A-t-on oublié que c'est à partir de centres de ce type, où l'on y enfermait les indésirables au régime, qu'un certain Hitler a inventé les premiers camps de concentration en Allemagne, pour des Allemands, dans les années 30?
Aujourd'hui, on enferme, chez nous, à quelques centaines de mètres du coeur de la Cité ardente, de pauves hères, des femmes et des enfant qui ont eu la malchance de venir chez nous, croyant y trouver un certain réconfort et croyant que, dans nos démocraties, le "droit d'asile" était quelque chose de sacré. On les y enferme parce qu'ils n'ont pas de papiers, parce que l'on ne sait pas s'occuper de leurs demandes d'asile, finalement parce que c'est beaucoup plus facile de les maintenir enfermés alors qu'ils n'ont commis aucun crime, si ce n'est le seul "délit" de n'avoir pas de papier et d'être entrés "illégalement" sur le territoire de la Belgique, petit état minuscule de la petite planète Terre, aussi minuscule qu'un grain de poussière dans l'immensité galactique de l'Univers qui appartient à toutes et à tous.
C'est la raison pour laquelle, nous soutenons sans retenue, l'appel du "CRAPCE" que nous publions ci-dessous.
Dans deux jours, c'est Noël et pour beaucoup, c'est l'anniversaire de la naissance d'un homme qui défendait des préceptes d'amour, de justice, d'équité. Pour montrer qu'elles sont en parfaite adéquation avec la célébration de la "Fête de Noël", ces personnes devraient être nombreuses à répondre à l'appel du CRACPE. Faute de quoi, "leur" "Fête de Noël" ne correspondrait à rien du tout.

Gaston Lecocq
Rédacteur en chef de "Proxi-Liège"


APPEL DU CRACPE A UNE PRESENCE CE SAMEDI 24 DECEMBRE AUTOUR DU CENTRE FERME DE VOTTEM : " NON AUX CENTRES FERMES, PAS D'ENFANTS DANS LES CENTRES ! "

La période des "fêtes" est là; c'est pour beaucoup d'entre nous un moment convivial, en famille et avec les amis ... Mais pour nous c'est aussi un moment de solidarité important avec tous ceux qui ne peuvent vivre comme nous ces moments, parce qu'enfermés dans des centres en vue de leur expulsion...
Nous voulons leur transmettre un message d'espoir . Et en continuant à nous mobiliser contre l'arbitraire, l'inacceptable politique gouvernementale en matière d'asile et d'immigration, nous voulons qu'il y ait pour eux aussi, et pour nous, un moment de lutte et de fête, fête de la résistance et de la solidarité.

Fête et opposition...Le 4 décembre, nous étions avec des jouets au centre 127 bis, à l'occasion de la St Nicolas, pour dénoncer, en outre, en particulier, la détention de familles et d'enfants contraire à la Convention des Droits de l'Enfant, et pour leur apporter notre soutien et notre réconfort. Nous savons maintenant que le Ministre de l'Intérieur a décidé d'ouvrir de nouvelles sections pour les familles à Vottem et à Merksplas. Cela veut dire augmenter le nombre de familles et d'enfants détenus, alors même que le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies dénonce l'enfermemement des familles et enfants en Belgique. Le 4 décembre une soixantaine d'enfants étaient détenus avec leurs parents au 127 bis, privés de scolarité, souffrant psychologiquement de l'univers carcéral; de nombreux témoignages nous parviennent, d'enfants qui pleurent, ne mangent plus, ne comprennent pas...
Une coordination se met sur pied à Liège pour organiser en janvier une mobilisation importante contre l'ouverture à Vottem de cette nouvelle section. Ce 24 décembre, nous appelons à un premier geste de résistance contre l'ouverture de cette nouvelle section à Vottem.

Nous appelons chacun à venir nous rejoindre, en cette veille de Noël,
le vendredi 24 décembre entre 17 heures 30 et 19 heures, autour du centre fermé de Vottem,
nous aurons des bougies à déposer et allumer, signe de solidarité et surtout lumière pour éclairer les faces cachée de la politique d'asile:
l'enfermement et l'expulsion..., celle que le citoyen ne voit pas , n'entend pas, celle des centres dissimulés loin des centres - villes, celle qui a été
mise en place par les gouvernements qui se sont succédés depuis le début des années 90...

Voilà, même si vous ne disposez que de quelques minutes ce jour- là à ces heures là, nous vous appelons à vous arrêter devant le centre fermé de Vottem, pour
faire la lumière sur...
• le fait que dans les centres fermés pour étrangers se trouvent des personnes qui n'ont commis aucun délit, que ces centres sont en réalité des prisons, ou "camps de la honte...".
• que des enfants souffrent et que la Belgique ne respecte pas la Convention des Droits de l'Enfant
• le fait que l'actuelle politique restrictive en matière d'asile et d'immigration signifie l'expulsion vers la dictature, la guerre, la misère...; récemment des Afghans, des Iraniens, des Kurdes ont dû mener des actions allant jusqu'à mettre leur vie en danger ici, simplement pour pouvoir être entendus sur les réalités de leurs pays d'origine...
• le fait que les expulsions se poursuivent quotidiennement, avec toujours des violences, et quand ça ne marche pas, par l'organisation de déportations collectives, à partir de l'aéroport militaire, sans témoins...
Nous voulons éclairer aussi une autre face cachée de cette politique: elle génère la clandestinité. De par le monde, tous ceux qui craignent les persécutions continueront à chercher asile... En Belgique, et dans d'autres pays de "l'Europe forteresse", parce qu'ils ne peuvent obtenir le droit au séjour, ils n'ont d'autre choix que la clandestinité, c'est-à-dire l'exploitation, par différents réseaux.
Nous soulignons que de manière cachée, l'économie belge se nourrit quotidiennement de cette exploitation sans que les patrons des firmes soient jamais réellement inquiétés... Face à cette situation, nous réclamons, avec l'UDEP, Union de défense des sans papiers, avec beaucoup d'autres collectifs, la régularisation de tous les sans-papiers et soutenons l'occupation à Bruxelles de l'église Saint- Boniface par 70 sans papiers qui mènent le combat pour cette régularisation.

COLLECTIF DE RESISTANCE AUX CENTRES POUR ETRANGERS (CRACPE)
B.P. 165 Liège 2 4020 Liège - Permanence téléphonique : 04. 232 01 04 de lundi à samedi 17H-18H30 Fax : 04. 222 27 74 Adresse courriel: cracpe@skynet.be