• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3337145

En Ville

Mis en ligne le 29/08/2018

Des champs de patates pour accueillir les touristes…aux Guillemins


À la descente du train dans la superbe mais pharaonique gare Calatrava aux Guillemins, les touristes (souvent "d'un jour" qui nous rendent visite ,il y en a de plus en plus mais jusqu'à quand ?) sont accueillis par de véritable champs de patates en lieu et place de la splendide allée verte qu'on nous promettait pour relier la gare à la passerelle la "Belle liégeoise"…Bref…
Et si de cette allée en "construction", on faisait une "réserve de la biodiversité urbaine" Cela couterait moins cher , ce serait bon pour la planète, les Liégeoises et Liégeois et ce serait plus rapide à réaliser.



3 mois de démolitions impeccable

Comme vous pourrez le voir sur la vidéo ci-dessous et intitulée "Métamorphose du quartier Paradis-Blonden", la démolition de la résidence Petit-Paradis et de la Maison Rigo terminant l'avenue Blonden a été effectuée de main de maître par la société Castagnetti.

Des travaux de démolition qui ont commencé physiquement le 29 novembre 2017 pour se terminer, comme prévu, trois mois plus tard le 22 mars 2018….
En avril, la pelouse était semée par une société (x?) et elle aurait dû pousser plus ou moins correctement . S'il n'y avait pas eu les grandes pluies de mai et début juin, mais aussi ces centaines de passants qui, au lieu d'utiliser les chemins tracés et recouverts de dolomie, écrasaient à qui mieux-mieux les pousses à peine germées. Résultat: un fameux champ de patates juste avant que les touristes ne débarquent.

"Non-droit" …

Depuis que les travaux d'aménagement des quais (superbes) sont terminés, ce boulevard urbain qui aurait, en principe dû être une artère paisible, est en fait devenu un véritable autodrome, motodrome ainsi qu'une autoroute de délestage pour des convois entiers (enfin presque) de camions qui préfèrent traverser la ville plutôt que de payer la taxe autoroutière.
Autodrome, parce qu'entre les différents feux rouge longeant l'artère, entre notamment le pont Albert et le quai de Rome, les émules de James Dean et de Bullit s'amusent, dans un concert pétaradant de centaines de "chevaux vapeur", à savoir qui démarrera en "pôle position" et arrivera 1er au feux suivants. Côté motos (pas celles, magnifiques et astiquées, que l'on voit dans les grands rassemblements souvent philanthropiques) ce n'est pas mieux et le jeu est identique, sauf que souvent ils démarrent (avec le bruit) sur la roue arrière…

Enfin, n'oublions pas les quads qui s'amusent à faire du rodéo entre les rues de Fragnée, Jean Gol, puis retour vers l'avenue Blonden et le carrefour pour terminer carrément sur les berges.
Enfin, une des pelouses centrale ainsi que les séparations en dolomie sont régulièrement utilisées comme parking "sauvage". Tout ça est évidemment visible sur les photos et sur place.
Mais encore, on pourrait parler de ce qui s'y passe discrètement les nuits sans lunes). Est-ce ce non-droit dont le quartier est en train de devenir une zone. Personnellement cela ne me fait pas peur, ce qui n'est pas le cas pour bon nombre de citoyens (souvent très âgés) qui habitent le quartier…

…Et surréalisme…

Côté surréalisme, on y voit de temps en temps, des "jardiniers" d'une société privée je suppose… venir tondre les pelouses. Soit quand il drache de plus belle, où encore il y a quelques jours, lorsqu'ils sont venus tondre à ras, une pelouse complètement brûlée par la sécheresse de cet été. Pas demain la veilles qu'elle ressembleront aux pelouses d'Irlande, d'Ecosse ou de Grande Bretagne.
Mais on peut aussi se demander pourquoi on a laissé ces pelouses se dessécher à ce point, alors qu'à quelques mètres, la Meuse, (c'est de l'eau) aurait très bien pu nous céder quelques hectolitres de ce précieux liquide.

Surréaliste aussi, c'est l'aspect que prennent ces pelouses, lorsque les vannes célestes sont ouvertes et que ces champs de patates se transforment en étang ou encore en marais digne de ces landes aux marches des Highlands
Si tout ça est bien beau en Ecosse, c'est vraiment d'un triste quand on arrive des Guillemins.
Enfin dernière vision surréaliste belgo-liégeoise, les sacs de gravier (publicité gratuite) entourant le pied de la tour des finances ainsi que les barrières "Heras" entourant depuis des années, le terrain non constructible longeant la rue Paradis…

























Pourquoi ne pas faire simple?


Alors je pose la question: pourquoi dans cette zone en principe non constructible ne laisse-t-on pas simplement pousser les herbes folles et autres buissons sauvages que traversera notre tram que je n'aurai probablement pas la chance de connaître.

Liège, aurait ainsi un espace biodiversité urbaine, alors qu'à quelques centaines de mètres de là, les chiens pourront s'ébattre et se battre en toute tranquillité dans l'espace canin dont le bourgmestre vient d'annoncer - dans un canard liégeois - la création pour 2020 (il va s'en passer des choses en 2020) au boulevard d'Avroy.
J'aime les chiens, le chats et les ptérodactyles mais aussi les grillons, les sauterelles, les libellules, les grenouilles, les papillons, les oies d'Egypte (elles sont déjà là) et les moineaux des villes que l'on pourrait, (comme on l'a fait pour les castors qui ne manquaient à personnes) réimplanter dans ce terrain retourné à la nature. C'est-y pas plaisant que tout ça… Faut le savoir!





















Légende des photos de haut en bas :

1 - Le quartier avant et après
2 - Après l'orage
3 - Parking sauvage
4 - On tond de la paille
5 et 6 Un équipement qui pose question
7 - Un espace formidable pour la biodiversité (et ça coûte rien)
8 - Les oies d'Egypte trouvent déjà l'endroit à leur goût





Gaston LECOCQ