• Visiteur(s) en ligne : 1
  • |
  • Visiteurs total : 3170910

Il y a déja

Mis en ligne le 16/07/2005

Expo Universelle de 1905: Comme si "Proxi-Liège" y était allé. Série de Pierre André N° 13

Si l’association « Fêtes et Amitiés françaises » était née, à Liège, au début de la Troisième et non à l’aube de la Quatrième, nul doute que les trois ministres du Cabinet Maurice Rouvier aient retardé de quelques jours leur visite à l’Expo pour la faire coïncider avec la Fête nationale française célébrée, maintenant, en grandes pompes dans notre cité ardente. On l’a encore vu ce 14 juillet 2005. Trois ministres français à Liège, MM. Ruau, Etienne Clémentel et Fernand Dubief (un élu de Saône-et-Loire tout comme l’est Ferdinand Sarrien, père de Fernand Sarrien qui deviendra, en 1934, le premier consul général de France à Liège où il est arrivé en poste, au titre de consul, le 1er novembre 1930 pour repartir le 13 mai 1939).
Les trois ministres ont eu l’occasion de constater « de visu » la part importante que la France occupe à l’Expo. Les trois ministres français ont également pu percevoir l’enthousiasme manifesté envers leur pays nonobstant les réticences de certains milieux envers la politique menée à l’égard de l’Eglise. Cet enthousiasme s’est mué en triomphe au banquet donné en leur honneur au Théâtre Royal en présence notamment du vice-président du Sénat, Emile Dupont. Madame Demedy, une cantatrice « à l’emploi de forte chanteuse » déchaîne les passions en interprétant une « Marseillaise » à la perfection. A la demande des trois ministres, elle exécute illico une « Brabançonne » de derrière les fagots. Ensuite, les trois ministres reprennent le train en direction de Paris, un train dont les cheminots belges ont été formés dans la capitale française !

Une contribution à la paix

Sur le site de Cointe est installé le palais dédié à la « télégraphie sans fil », un procédé mis au point par Guglielmo Marconi qui a réussi, de la terre ferme, à établir un contact avec le paquebot « Saint-Paul » en plein Atlantique, en 1899. Le 1er juillet 1905, M. Travailleur, ingénieur de la Compagnie Marconi, refait la même expérience en adressant une dépêche de Cointe aux Vennes. Aux Liégeois émerveillés, M. Travailleur explique en détail la portée de l’innovation précisant « nous travaillons pour la paix, pour un régime permanent de paix, le seul compatible avec un développement ininterrompu de la science ».

L’avenir d’un pays, c’est la femme qui le tisse.

Sur le quai Mativa, une petite maison comme on en trouve en Roumanie. Ce coquet pavillon représente la participation modeste de la Roumanie à l’Expo de Liège. Ce pays aurait voulu faire davantage. La crise de 1899, la sécheresse de 1904 qui a sérieusement nui aux intérêts céréaliers du pays et la nécessité d’organiser à Bucarest, en 1906, une grande exposition nationale pour marquer les quarante ans de règne du roi Charles 1er l’en ont empêché financièrement. Aussi, la présence roumaine se limite en gros à l’industrie du pétrole, une industrie appelée, selon les spécialistes, à se développer. Il n’y a pas que le pétrole, il y aussi, au pavillon roumain, la « Furnica », une œuvre de bienfaisance sous le haut patronage de la reine Elisabeth dont on peut admirer, quai Mativa, un portrait « assise à son métier de tissage portant comme devise cette pensée profonde de la Reine Poète « L’avenir d’un pays, c’est la femme qui le tisse ». Une pensée profonde que Louis Aragon traduira, plus tard, en « la femme est l’avenir de l’homme ».

Drapeaux et bannières

Le dimanche 9 juillet, en dépit d’une averse malvenue en fin d’après-midi, ce n’est pas moins de 74000 personnes qui ont pénétré dans l’enceinte de l’Expo. Il est vrai que ce jour là est la journée des drapeaux et bannières. Le choc, voir de près le « Bouquet d’Outremeuse » qui date de 1759. Une jeunesse en comparaison du drapeau des Arquebusiers de Visé qui date de 1579. Que dire de ce drapeau estampillé 1415 venu de Quiévrain ? Une belle journée qui indique au compteur depuis le 1er juillet, 340.000 entrées. C’est une bonne nouvelle.A suivre...







Pierre André