• Visiteur(s) en ligne : 7
  • |
  • Visiteurs total : 3269564

Il y a déja

Mis en ligne le 26/03/2018

"La Wallonie" il y a déjà 20 ans


Le 23 mars 1998 paraissait le dernier numéro du journal "La Wallonie" et ce vendredi 23 mars 2018, la Maison de la Presse et de la Communication de Liège organisait une petite soirée du souvenir. En "ancien" de La Wallonie (c'est là que j'ai commencé carrière) j'y étais.
Le 23 mars 1998, le quotidien "La Wallonie" (fondé en 1919) paraissait pour la dernière fois.
Pour marquer le coup, la Maison de la Presse et de la Communication de Liège, à l'initiative de son président Luc Gochel (journaliste à La Meuse) avait, ce vendredi 23 mars 2018, en soirée, organisé un petit événement pour faire revivre, le temps de quelques heures, ce quotidien qui a marqué Liège et sa province pendant près de 80 ans.
Comme Luc Gochel l'expliqua bien, il ne s'agissait nullement de célébrer un événement tragique, mais bien de se remémorer ce qu'avait été le seul vrai concurrent de "La Meuse" à cette époque. Aussi n'y eu-t-il pas de discours protocolaires et autres choses ennuyeuses.

Souvenirs...

Mais il fallait quand même bien évoquer ce quotidien trop tôt disparu. Aussi revint-il à Michel Coppé (licencié en Histoire et fils de Joseph Coppé dernier rédacteur en chef de La Wallonie) de retracer brièvement et avec beaucoup de sérénité, ce journal décédé à l'aune de ses 80 ans.

Le moment le plus émouvant de la soirée fut incontestablement celui au cours duquel Daniel Renard (fils d'André Renard) dernier rédacteur en chef des Sports de La Wallonie, vint évoquer la vie quotidienne du journal dans ses dernières années. En citant les journalistes qu'il avait connu lorsqu'il entra au journal dans les années 70, Daniel Renard ne put cacher son émotion à un point tel, qu'il dut s'excuser quelques fois, de peur de ne pas arriver au bout de son petit laïus vraiment bien à propos et bien ficelé.
C'est à ce moment que moi aussi je me souvint des 7 années passées à La Wallonie. Du premier journaliste que je rencontrai dans l'ascenseur (c'était Jean Jour, lui aussi disparu trop tôt)) et qui me dit avec sa gouaille inimitable et dans la langue de Tchantchès, alors que je lui demandais comment on devenait "journaliste": "Ni fè nin çoulà ".
Je me suis aussi souvenu de Joseph Coppé, Jean-Louis Esch, Théo Alexandre, Théo Laboureur, René Mladina, Pierre Bastin qui m'ont véritablement appris le métier que j'ai pratiqué (et encore maintenant par intermittence), pendant près de 50 ans.
Convivialité
Tout ça c'était pour les souvenirs Après quoi, autour d'un verre ou deux ou trois (les journalistes savent pourquoi) en retrouvant l'un ou l'autre, (nous étions une petite cinquantaine) nous avons évoqué, dans une ambiance vraiment agréable, souvenirs plus matériels et autres anecdotes vécues.


Détail: pas un "politique" ne s'est manifesté ce vendredi soir. Peut-être certains n'avaient pas envie de se sentir un peu responsable de la disparition du seul journal d'opinion de gauche qui subsistait à Liège. Mais ça c'est une autre histoire que l'on dévoilera peut-être l'an prochain à l'occasion du 100ème anniversaire de la naissance de "La Wallonie".







Les photos, de haut en bas:

- de gauche à droite : Michel Coppé et Daniel Renard.
- Vue de l'assemblée.





Gaston LECOCQ