• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3199290

Enseignement

Mis en ligne le 01/09/2016

Rentrée ! Vous avez dit rentrée... EDITO

1er septembre.

C'est la rentrée pour ces milliers d'enfants qu'on voudrait voir se développer harmonieusement physiquement et intellectuellement, et pour lesquels, ils disent tous (ministre président, ministres, échevins, directeur d'école etc.) qu'ils vont essayer de faire le maximum, alors qu'ils savent pertinemment que dans un système multi-réseaux comme le nôtre, c'est de l'utopie.

C'est la rentrée: radio et télévision vous en servent jusqu'à l'étouffement, oubliant qu'il y a, de part le monde, des choses bien plus importantes et plus dramatique. Un sujet chasse l'autre.

C'est la rentrée.
On reparle évidemment du "pacte d'excellence", de classes surpeuplées, d'écoles fermées, d'élèves qui cherchent encore une place dans une école...Bref, c'est toujours chez nous le même capharnaüm. Pas étonnant que des enseignants jettent l'éponge où estiment qu'ils ne sont plus en phase avec la réalité. "Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat" et autres réseaux dits "sociaux" portent probablement une grande part de responsabilité dans ce blues de l'enseignant. Mais bref il faut bien vivre avec son époque!

C'est rentrée.
Dans les cabinets ministériels, des personnes tout à fait honorables mais dont la plupart n'ont jamais mis les pieds dans une classe, vont à nouveau revoir et réécrire les cours qu'ils vont, avec beaucoup de célérité et de sérieux, imposer aux enseignants qui auront juste le droit de la "fermer". Parce que, voyez-vous, dans l'enseignement (officiel en tout cas) les maîtres et autres professeurs (qui auront probablement la mission de parler et défendre la liberté d'expression, de parole et de pensée) doivent signer une clause de confidentialité leur interdisant de parler de leur boulot à l'extérieur et surtout pas à la presse.

C'est la rentrée.
Et dans quelques mois, comme chaque année, des études sérieuses vous parleront de ce qui se passe dans d'autres écoles de part le monde et l'on fera encore des comparaisons avec les sempiternelles méthodes et écoles scandinaves. Et la presse en fera encore ses choux gras.
Mais je n'ai jamais entendu un journaliste, ni un ministre de l'enseignement, dire que l'on ne pouvait comparer des pommes avec des poires. Parce que voyez-vous, dans ces pays là, il n'y a qu'un seul réseau: l'officiel. Et évidemment, ça marche.
Loin de moi l'idée de relancer la "guerre scolaire" (les anciens savent de quoi il s'agit), je n'aime pas la guerre. Mais bon, mes enfants (qui ont aujourd'hui un bon emploi) sont allés dans l'officiel, et mes petits enfants, y sont aussi.

Mais c'est la rentrée.
Force est de constater que si, en Belgique, petit pays sur Terre, mais capitale mondiale de "l'absurdie" , tout le monde s'y mettait (autour de la table) une bonne fois pour toute, au lieu de passer son temps à empapaouter des drosophiles, l'enseignement, en général et nos petits jeunes cerveaux en particulier, y trouveraient leur compte.

Mais aujourd'hui c'est la rentrée.

Bon courage petit. Ils sont nombreux à vouloir ta réussite, mais ils ne savent pas ce qu'ils font. Et qu'on ne me dise pas que je suis "populiste", ce constat est le même depuis 60 ans ,tout comme les discours des "politiques" depuis la même époque.





Gaston LECOCQ