• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3170913

Il y a déja

Mis en ligne le 02/07/2005

Expo Universelle de 1905: Comme si "Proxi-Liège" y était allé. Série de Pierre André N°11

En 1905, cinq possibilités permettent de pénétrer sur le site de Fragnée, lieu-dit évoquant les frênes qui abondent, autrefois, sur ces terres. Soit, le visiteur est déjà à l’intérieur de l’Expo, dans ce cas, il lui suffit de passer le pont conçu par l’architecte liégeois Paul Demany, un pont admirable réalisé avec plus de deux milles tonnes d’acier de la société Cockerill de Seraing, décoré notamment de statues de Rousseau, de garde-fous rehaussé de dorures, sans oublier les « Renommées » juchées sur les colonnes de granit. Soit, le visiteur est à l’extérieur de l’Expo, dans ce cas, quatre entrées s’offrent à lui ; deux, sur le quai de Fragnée (devenu après la première guerre mondiale, quai de Rome), une, place de Fragnée (rebaptisée place Général Leman en l’honneur de celui qui assura la défense héroïque de la Ville en août 1914) et enfin, une, rue du Vieux-Mayeur.

]« Les Arènes liégeoises », un vrai music-hall

L’entrée de la rue du Vieux-Mayeur donne accès direct aux « Arènes liégeoises », le plus grand music-hall du pays. Chaque jour, de 16 à 23 h, un orchestre de 30 musiciens sous la direction du Maestro Thiriart excelle à accompagner des attractions et artistes venus des meilleurs music-halls que ce soit les « Folies Bergères » de Paris ou l’ « Empire » de Londres. Le dimanche et les jours fériés, le spectacle continuel commence à 14 h. Comme le directeur, M. Dauvin, souhaite que le plus de monde possible visite les « Arènes liégeoises », il offre à tout détenteur du Guide Desoer un bon pour une réduction de 50% sur toutes les places en précisant qu’une personne seule peut profiter de la réduction de 50% !

A la « Haute-Bavière »,les serveuses sont avenantes

A proximité des « Arènes liégeoises », se trouvent deux lieux qu’affectionne particulièrement le Tout-Liège. C’est, d’une part, la pâtisserie Lallemant et ses sublimes choux de Paris et, d’autre part, les terrasses du restaurant de la Haute-Bavière. Les terrasses sont doublement prisées. On y déguste comme à l’intérieur de l’établissement, la bière fameuse de la brasserie « Hackenbrau », une des gloires de Munich, le tout servi par une des « quarante jeunes bavaroises, qui ne sont pas choisies, on s’en doute, parmi les moins avenantes d’un pays qui en produit de bien jolis échantillons ». A ces plaisirs de bouche et des yeux, il faut savoir que, dès longues et spacieuses terrasses du restaurant, on découvre un étang de plus de deux mille mètres carrés, « la Water-Chute et l’entrée des grottes du Styx ». Cet endroit est désigné familièrement « le Coin humide ».

Le « Coin humide », un petit coin de paradis

Toutes les quarante secondes, du haut de ses dix-huit mètres, la « Water-Chute », précipite « en un élan vertigineux, rapide comme la foudre », de légères embarcations emplies de hardis passagers sur un plan incliné de quatre-vingt cinq mètres vers l’étang. Le léger esquif ne sombre pas bien qu’il soulève « une haute gerbe d’eau ». Mieux, « pas une goutte de cette eau n’atteint les passagers d’occasion ». Le mystère se poursuit pour ceux-ci qui entrent dans le dédale des grottes d’ « un Styx d’Exposition. Cependant, cette fois, c’est fini de rire, le spectacle vaudra qu’on l’observe et qu’on en jouisse avec un certain recueillement ». Le spectacle est féerique avec des éclairages savamment combinés et complétés « par de fréquentes visions de nombreuses reproductions artistement machinées de « l’Enfer » de Dante… ». Plus d’un visiteur « des grottes du Styx » se rendra ensuite à « la grotte lumineuse de Tilff (…) à quinze minutes en train de Liége ». En 1905, il a 48 trains par jour entre les deux localités. A Tilff, il y a » un million de stalactites et de stalagmites simulant les formes les plus curieuses et les plus diverses ». En 2005, elles doivent encore exister mais, aujourd’hui, nul ne leur rend visite hormis les spéléologues…(à suivre)
--------------

Une carte postale de l'époque montrant l'entrée du Parc d'attractions





Pierre André