• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3173955

Evenements

Mis en ligne le 01/06/2011

LIEGE EXPO 2017(3)



Le contenu du dossier de candidature avec : le thème, le site, proposé, estimation des visiteurs, le plan financier, les retombées…

Au terme d’une procédure d’appel d’offre au niveau européen, la SCRL « Liège Expo 2017 » s’est adjoint les services d’un bureau de consultance de niveau international (Mc Kinsey) afin de l’aider à réaliser le dossier de candidature qui devra être déposé auprès du BIE.
Ce dossier a été soumis au Conseil d’administration de la SCRL, qui l’a approuvé en date du 22 mars 2011.

Principaux éléments de la candidature :

Le thème
Le point de départ de la définition du thème de l’Expo est la décision du conseil communal de Liège du 25 janvier 2010 de fonder la candidature de la Ville sur la nécessité d'inventer de nouveaux modes de vie durables grâce à la créativité et l'innovation, à la fois scientifique et humaine.
Un long travail a ensuite été entamé, qui a associé les représentants de nombreuses institutions ainsi que plusieurs experts internationaux.
De nombreux contacts avec le Secrétaire général du BIE ont également été organisés.

La volonté du comité organisateur était de définir un thème qui :
- Corresponde aux attentes et au règlement du BIE. A cet égard, ce dernier impose aux organisateurs d’une Exposition internationale de choisir un thème spécialisé (qui se limite à une seule branche de l'activité humaine) et qui soit en rapport avec les problèmes nationaux ou internationaux actuels ou futurs ;
- Permette de faire de l’Expo un succès, et qui soit donc attractif ;
Soit cohérent avec les forces et atouts de notre Pays, de la Région, de la Province et de la Ville;
- Se situe dans les grandes orientations adoptées par le conseil communal en date du 25 janvier 2010.
Sur base de ces différents éléments, le choix de la thématique s’est porté sur la connectivité, définie comme « le phénomène technologique qui permet de créer un lien de plus en plus facilement et rapidement entre un nombre impressionnant de femmes et d’hommes dans le monde ».
Depuis peu de temps au regard de l’histoire de l’Humanité, les moyens de communication se sont intensifiés et dématérialisés grâce à des réseaux tels qu’Internet ou la téléphonie mobile. Cet essor est présent dans la vie quotidienne de chacun d’entre nous : il démultiplie nos échanges, il inaugure de nouvelles formes de relations, il remodèle nos imaginaires en transformant nos visions de l’espace et du temps, bouleverse nos rapports à l’information, à la culture et à la mémoire de nos sociétés.
Cette nouvelle réalité impose de repenser le lien que les hommes entretiennent avec leur environnement (familial, professionnel, culturel, etc.) à la fois à l’échelle individuelle et communautaire, locale et internationale.
Le développement des technologies de communication et la multiplication des instruments numériques ne valent que si elles favorisent l’épanouissement des individus ainsi que la solidarité entre eux.

Comment les moyens mis en œuvre pour connecter la planète peuvent-ils servir cette solidarité ? Telle est la question posée par Liège Expo 2017 et ce, dans des domaines qui touchent particulièrement l’Humain : la santé, les transports, l’environnement, la culture et l’éducation.
Résolument tournées vers les technologies de pointe, Liège, la Wallonie et la Belgique entendent mettre leurs expertises en la matière au service de la Communauté internationale pour offrir, aux côtés de partenaires internationaux, une plateforme universelle d’échanges de savoir-faire.
Ce thème est traduit par l’intitulé « Connecter le Monde pour rapprocher les Hommes » - en anglais « Connecting the world, linking people ».

Site proposé pour accueillir l’Exposition Internationale Liège 2017


Conformément à la règlementation BIE, le site de l’Exposition doit être d’une superficie de 25 hectares maximum. Cette surface n’inclut pas les terrains nécessaires pour les fonctions connexes nécessaires à la bonne organisation d’un tel évènement (parking, logistique, sécurité,…).
Ce site doit contenir des emplacements construits par l'organisateur et libre de tout loyer, charges, taxes et frais autres que ceux représentatifs de services rendus. L'emplacement le plus important attribué à un État ne doit pas excéder 1.000 m².
Compte tenu de ces paramètres, la Ville a choisi le site de Coronmeuse pour accueillir la future Exposition Internationale.
Véritable porte d’entrée située au nord de la ville, ses atouts sont nombreux :
- sa superficie est légèrement inférieure à 25 hectares ;
- Coronmeuse est située à proximité immédiate du tracé du futur tram, qui reliera ce quartier au centre ville ;
- c'est le lieu où débute le canal Albert, reliant Liège à Anvers;
- l’accès à l’autoroute est très proche ;
- il contient de nombreux espaces verts, en bord de Meuse ;
- historiquement, c’est à Coronmeuse que s’est déroulée la dernière Exposition Internationale organisée à Liège, en 1939, et qui fut interrompue par le déclenchement de la seconde guerre mondiale.

Les aménagements nécessaires à l’Expo prévus sur le site
Pour concevoir le master plan du site de l’Exposition, la SCRL Liège Expo 2017 s’est adjoint les services du bureau d’architectes-urbanistes VenhoenvenCS, d’origine néerlandaise et spécialisé dans la conception d’Eco-quartiers.
La Ville veut en effet disposer, au terme de l’Expo, d’un nouveau quartier grâce aux bâtiments et aux aménagements qui auront été conçus pour l’Expo. Ce nouveau quartier sera conforme aux normes les plus ambitieuses en termes de performance énergétique, de mixité sociale, de mobilité douce,…
C’est un des atouts d’une Exposition internationale, par rapport aux Expos universelles : les pavillons sont construits par l’organisateur, qui peut donc aménager le site en fonction de sa réaffectation post Expo.
Le bureau choisi par la SCRL a travaillé de manière étroite avec les différents acteurs concernés par l’aménagement du site et de ses alentours, à savoir : les différents services de la Ville de Liège et de la Ville d’Herstal (le site de Coronmeuse est en effet limitrophe à cette commune) ; le fonctionnaire délégué de la Wallonie ; le Cabinet du Ministre en charge de l’aménagement du territoire ; l’intercommunale de développement SPI+ ; la SPAQUE ; la Foire internationale de Liège et le Port autonome de Liège.
Quatre grands principes ont guidé les travaux de ce comité :
Préserver de larges espaces verts sur le site de Coronmeuse ; limiter au maximum le nombre de bâtiments nécessaires uniquement pendant les trois mois de l’Expo, et qui devront donc être détruits à son terme ; intégrer les bâtiments classés dans la requalification du site ; maintenir sur le site des fonctions compatibles avec le concept d’Eco quartier.

Concrètement, il est proposé que les espaces construits soient composés d’une quinzaine de bâtiments qui abriteront les pavillons des participants (pays et organisations), deux pavillons indépendants dont l’un abritera la représentation belge et l’autre le pavillon de l’Union Européenne, et cinq pavillons thématiques – « Better Health through connectivity », « Better education », « Sustainable mobility », « Richer culture » and « Sustainable environment » et enfin, des bâtiments où seront proposés des services tels que la restauration, l’information, la sécurité, l’accueil des enfants, etc.
Au total, le programme nécessaire à la tenue de l’Expo est estimé à 156.000 m², dont 121.000 m² au sol : plus de la moitié de la surface du site restera donc vierge de toute construction. Ce volume de bâtiment permettra d’accueillir plus d’une centaine de participants dans des pavillons dont la surface variera entre 200 et 1000 m².
Ces investissements seront financés au travers d’un partenariat public-privé, qui sera lancé par la structure d’exploitation de l’Expo.
Les bâtiments de l’Expo seront construits de manière «durable» et transformés, après l’Expo, pour constituer un nouveau quartier «durable» dont l'affectation principale sera le logement, les services (écoles, bibliothèques, magasins et restaurants) et des bureaux. Tous seront aménagés suivant les spécifications de l’éco-architecture.
La valorisation de cet ensemble immobilier assurera le caractère self-supporting de l’opération.

6 millions de visiteurs en trois mois.

L’estimation du nombre de visiteurs attendus pour l’Expo s’est basée sur plusieurs éléments.

Tout d’abord, l’expérience des autres Expos Internationales a été étudiée. Sur la base de la capacité de ces Expos à attirer des visiteurs ainsi que la compréhension de l’origine de ces visiteurs, des projections spécifiques à Liège 2017 ont été effectuées. Une approche très spécifique à la situation unique de Liège est en effet nécessaire. Liège profite d’une situation privilégiée au cœur de l’Europe. La position géographique de la ville lui permet d’être à la portée d’un grand nombre de personnes. Par exemple, plus de 100 millions de personnes vivent dans la zone délimitée par un cercle de 400 km de rayon autour de Liège. Celle-ci est également remarquablement desservie par le train (TGV) et l'avion (5 aéroports internationaux proches).

Trois catégories de visiteurs identifiées :

Les « visiteurs locaux » : ils sont issus de la population présente dans un rayon de 400km autour de Liège (Belgique, Allemagne, France, Luxembourg, Pays-Bas). Les personnes en dehors de la zone des 400km seront donc considérées comme des touristes. Des taux d’attraction ont été établis en considérant la distance qui sépare un habitant de cette zone à Liège. Le taux d’attraction sera toujours plus important à chaque fois que l’on se rapprochera du lieu de l’exposition. Dans les 150km autour de Liège, la participation de la population y sera très importante et représentera plus de 70% de la participation totale à l’exposition, soit plus de 4,25 millions de visiteurs. En effet, à cette distance et grâce à l’excellent réseau de transport qui dessert Liège, les visiteurs pourront atteindre facilement et rapidement l’Expo. En résumé, les visiteurs issus de la population vivant dans un rayon de 400km autour de Liège (hors Suisse et Grande Bretagne) formeront, avec 5,3 millions de visiteurs attendus, presque 90% du public total de l’Expo.
Les touristes ordinaires : il s’agit des personnes ayant déjà prévu d’être présentes dans la région de Liège et en Belgique lors d’un voyage d’affaires ou de loisirs, indépendamment de l’Expo et qui profitent de leur voyage pour visiter l’Expo Internationale. Leur nombre a été estimé à 380.000 personnes.

Les touristes « pur Expo » : il s’agit des personnes qui se déplaceront jusqu’à Liège uniquement parce que L’Expo a lieu. Les touristes « pur Expo » seront des touristes supplémentaires par rapport au flux normal annuel. Pour les villes d’Hanovre et Aichi, le flux supplémentaire était de respectivement 26% et 40% au niveau des arrivées hôtelières. Afin de rester prudent, le flux supplémentaire engendré par ces touristes a été estimé à 20%. Ce pourcentage est appliqué au tourisme total (de moyenne et longue durée) en Belgique (étant donnée la taille de la Belgique et la facilité de s’y déplacer, il est raisonnable de considérer les touristes visitant le pays plutôt que seulement ceux visitant Liège), soit 1.219.737 personnes. L’Expo amènera donc un flux supplémentaire de touristes de près de 245.000 personnes.
Au total, l’Expo devrait attirer près de 6 millions de visiteurs pendant ses trois mois d’ouverture.
Etant donné qu’il s’agit d’un évènement d’ampleur internationale, il est évident que les visiteurs qui en ont le temps voudront se rendre plus d’une fois à l’Expo. Afin de satisfaire cette demande de visites multiples, différents types de billets seront disponibles permettant des entrées sur deux, trois jours ou même des abonnements illimités.
Pat ailleurs, après avoir appliqué les coefficients d’entrées à chacune des catégories de visiteurs, il est estimé que les 5,9 millions de visiteurs correspondront à 8,4 millions d’entrées.
Cette estimation, réalisée par Mc Kinsey, a été considérée comme prudente par le BIE.

La capacité d’accueil

Des 5,9 millions de visiteurs attendus, environ un quart cherchera un logement. Ceux-ci créeront une demande de logements de 16.500 à 18.900 lits par jour d’Expo. Cette demande s’additionnera à la demande de logements sur Liège et la région qui existe en temps normal. Les autres visiteurs, venant d’une région suffisamment proche de Liège, feront l’aller et retour sur la journée.
Si l’on considère la capacité d’accueil au niveau de la Ville et des alentours, la province de Liège dans son entièreté compte aujourd’hui près de 6000 lits, dont plus de 2000 sont situés à proximité du centre de Liège.
La région liégeoise dispose également d’un vaste réseau de logements alternatifs, gîtes, campings et chambres d’hôtes qui amènent la capacité d’hébergement dans la province à plus de 17.000 places. De plus, Liège, au centre d’un dense réseau de villes, telles que Spa, Hasselt et Maastricht, peut compter sur leur capacité hôtelière et sur la capacité des provinces avoisinantes. 50.000 lits d’hôtel sont disponibles à moins de 100km de Liège. Cette capacité est amplement suffisante pour satisfaire la demande, même aux périodes de grande affluence.
L’Expo 2017 profitera donc largement au secteur HORECA situé au-delà de Liège.

Le plan financier.

La pré-étude de faisabilité commandée par la Ville de Liège en 2009 avait conclu à la possibilité d’organiser un évènement « self-supporting ».
Ce constat est confirmé par le consultant (Mc Kinsey) au travers son analyse des différents paramètres.

Avant toute chose, il convient de rappeler que l’organisation d’une Expo internationale nécessite la réalisation de multiples tâches très variées.
Deux grandes catégories de missions peuvent cependant être identifiées :
La préparation et la gestion de l’Expo proprement dite (stratégies de promotion, d’accueil des visiteurs, de sécurité,…) ;
La gestion des développements immobiliers (construction des pavillons,…).
Les hypothèses prises pour concevoir le budget opérationnels se basent, d’une part, sur une analyse des budgets d’autres expositions universelles et internationales et, d’autre part, sur un calcul fin des sources de revenus et de coûts prenant en compte les spécificités belges, liégeoises mais aussi les caractéristiques du site et la planification précise de l’Expo.
Il s’agit bien ici du budget qui couvre la période 2013-2017, c’est-à-dire depuis le jour de la sélection par le BIE de la Ville organisatrice jusqu’à la date de clôture de l’Expo.
Les recettes
Les revenus opérationnels sont estimés à 339 millions d’euros. Ils seront essentiellement composés des revenus de billetterie, pour 190 millions d’euros, et de sponsoring, pour 100 millions d’euros. Les autres revenus (parking, services aux visiteurs et participants, concession commerciales et autres revenus) représenteront 49 millions d’euros.
Il faut ajouter à ces revenus la valorisation des pavillons qui seront construits pour l’Expo et transformés en bureaux, logements, petits commerces, services,… Celle-ci a été estimée à 493 millions d’euros.
Les dépenses
Les dépenses opérationnelles sont estimées à 228 millions d’euros. Ce montant se répartit notamment en dépenses de personnel, frais de promotion et de communication, sécurité, animations culturelles, informatique, assurances,…
L’ensemble des investissements à réaliser sur le site a été estimé à 488 millions d’euros, répartis à concurrence de 329 millions d’euros pour la première phase du projet (construction des pavillons) et 159 millions d’euros pour la seconde phase (transformation des pavillons post Expo). Ces montants ont été estimés par le consultant sur base des coûts de construction moyens rencontrés à Liège.
Il faut encore ajouter à ce montant une somme de 66 millions d’euros correspondant aux frais financiers liés à la réalisation d’un tel projet.

Les retombées d’une Exposition Internationale pour le pays


Les Expositions internationales sont des évènements d’ampleur mondiale qui bénéficient d’une renommée qui n’est plus à démontrer. Le succès des éditions de Lisbonne, Saragosse, ou dernièrement Shanghai est là pour le prouver.
Accueillir un tel évènement est donc une opportunité unique pour notre Pays, plus de cinquante ans après l’Expo de 1958 à Bruxelles.
Avec près de 6 millions de visiteurs attendus pendant les 3 mois d’ouverture et une centaine de pays participants, l’impact d’une telle manifestation dépassera de loin les frontières de la région liégeoise. Au-delà de la province de Liège, les bénéfices qui pourront être retirés de l’Expo par la Belgique sont nombreux :
En termes d’économie et d’emploi : les investissements prévus pour aménager le site et accueillir l’Expo sont estimés à 550 millions d’euros. Il s’agit donc d’un marché considérable dont pourront profiter les entreprises de génie civil, de la construction ou encore de la logistique. Nos études estiment à 2100 unités le nombre d’emplois stables créés par l’Expo sur la période 2012-2017. En outre, le thème de l’Expo (« connecting the world, linking people ») est thème d’avenir qui bénéficie d’un haut potentiel de développement pour les entreprises. Leur savoir-faire pourra être valorisé lors de l’Expo.
En termes de retombées pour le secteur Horeca : la capacité hôtelière de Liège est insuffisante pour loger les millions de visiteurs attendus. Ceux-ci séjourneront donc dans les lieux d’hébergement situés partout en Belgique. Vu les courtes distances qui séparent nos villes et les moyens de transports performants qui les relient, une grande partie des visiteurs en dehors de Liège. C’est donc tout le secteur Horeca qui bénéficiera des retombées de l’Expo.
En termes de développement touristique : Des partenariats seront réalisés afin de développer des packages touristiques à destination des visiteurs de l’Expo. Vu le caractère majoritairement international des visiteurs attendus, ceux-ci séjourneront plusieurs jours dans notre pays. Il s’agit d’une occasion unique pour leur permettre de visiter les lieux touristiques belges lors de leur venue à l’Expo.
En termes financiers : enfin, d’une manière plus générale, les recettes de TVA engendrées par une manifestation de cette ampleur seront considérables, et bénéficieront à tout le pays. Dans le cas de l’Expo de Liège, ces recettes de TVA ont été estimées à 223 millions d’euros pour la période 2012-2107.
Accueillir l’Expo 2017 à Liège est donc une formidable opportunité qui profitera largement à tous les acteurs du pays !

Conclusions

Bien stupides et idiots, celles et ceux qui s’opposeraient à la réalisation d’un tel projet. Pour le moment il y a une unanimité politique. C’est fort bien. Dès à présent, cette unanimité doit aussi se reporter sur les autres projets que la ville n’a pas encore terminés.

En effet, pour 2017, il nous faudra que la ville soit nickel (comme on dit maintenant). Il nous faudra le tram (et pas un demi tram), il nous faudra une esplanade devant la gare des Guillemins, un espace Tivoli digne de ce nom, une place de l’Yser réaménagée, le quartier de Bavière assaini, etc, etc.. C’est donc le moment de relever ses manches et de mettre de côté les égos surdimensionnés qui sont généralement à l’origine des différentes peaux de bananes que l’on glisse subtilement et qui retardent. Il faut aussi arrêter de couper les cheveux en 8 ou 12. 2017, c’est dans 6 ans et demi. Il n’y a plus de temps à perdre…si on veut vraiment !

Mais comme ce projet a aussi besoin de l’adhésion de toute la population, nous vous invitons à VOTER POUR sur le site : www.liege-expo2017

Les photos © LIEGE EXPO 2017 : une partie du site et quelques vues artistiques de ce que sera l’EXPO 2017

Articles précédents :

- du 29 mai 2011
- du 30 mai 2011





Gaston LECOCQ