• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3199230

En Ville

Mis en ligne le 09/01/2010

Déchets ménagers : halte aux dépôts tardifs ou non conformes !



La Ville va mettre tout en œuvre pour que nos trottoirs ne ressemblent plus à des décharges. Il va y avoir de nombreux contrôles policiers, mais en définitive, c’est aux Liégeois de prendre leur environnement en main…
Lors de la première séance du Collège communal 2010 qui a eu lieu ce jeudi 7 janvier, le bourgmestre Willy Demeyer et André Schroyen, échevin de la Propreté publique, ont présenté à leurs collègues une communication relative aux résultats de l’action répressive menée de fin octobre à fin novembre 2009 à l’encontre des dépôts tardifs et/ou non conformes lors de la collecte hebdomadaire des déchets ménagers.

Réaction à la vidéo « scandale » sur le tri des déchets

« A l’origine de cette opération : la vidéo filmée par un vidéaste amateur, montrant un préposé de collecte jeter les sacs jaunes et bleus dans le même camion, mise en ligne sur Internet fin septembre. Les réactions (temporaires) de nombreux Liégeois ne se sont pas fait attendre.
Ce camion respectait pourtant scrupuleusement la consigne donnée par la Ville : faire place nette en fin de tournée et ramasser, en plus des sacs jaunes, les sacs bleus non-conformes (main rouge) ou sortis après le passage du premier camion chargé de les collecter.
Bien au-delà d’une question de propreté, il s’agit d’hygiène, de sécurité et de salubrité publiques. Ce «buzz» a toutefois montré la nécessité d’améliorer la communication envers les citoyens quant à la nécessité de respecter les horaires de collecte.»
« Pour rappel, dans les rues traitées durant la journée, la sortie des sacs (jaunes et bleus) et des papiers-cartons doit s’effectuer le jour de la collecte, à partir de 6h30. Il est toutefois toléré que les déchets soient déposés la veille à partir de 20h.»
Dans les rues où la collecte a lieu en soirée, la sortie est autorisée le jour-même, à partir de 18h.
Le bon respect de ces horaires permet aux déchets d’intégrer la filière de recyclage appropriée. Tout dépôt anticipé ou tardif est en outre passible d’une amende administrative (maximum 125 €, pouvant être portés à maximum 250 € en cas de récidive).
Dans un esprit constructif et afin de rappeler aux Liégeois cette obligation du règlement communal, le Collège, à l’initiative de M. Schroyen, a décidé de mener une action répressive spécifique sur l’entièreté du territoire de la Ville.
«Si des patrouilles mixtes (Police de l’Environnement - Service de la Propreté) sont régulièrement organisées (au moins une par semaine) dans les différents quartiers, c’est par contre la première fois qu’une opération de cette envergure a été mise sur pied.»

Déroulement en deux phases : jour 1 - constatation / jour 2 - répression

« Pour rappel, à Liège, la collecte des déchets ménagers est répartie sur les 5 jours ouvrables de la semaine. Cette action s’est déroulée en deux phases : la première phase, de constatation, a eu lieu chaque jour de collecte ; la seconde phase, de répression, s’est chaque fois systématiquement tenue le lendemain. Plus précisément :
- Constatation : en plus de la traditionnelle main rouge collée par le collecteur sur les sacs bleus non-conformes, la Police, aidée des gardiens de la paix (de 16 à 20 personnes à chaque fois), a apposé un autocollant, créé spécifiquement pour cette action, sur les sacs PMC sortis tardivement.

Exceptionnellement, les dépôts non-conformes et/ou tardifs, ainsi que les dépôts illicites, n’ont pas été repris lors du 3ème passage. Les citoyens concernés ont ainsi eu l’occasion de constater les erreurs et/ou illégalités qu’ils avaient commises. Ils ont dû rentrer leurs sacs, afin d’effectuer un nouveau tri et/ou de les sortir à la prochaine collecte.
- Répression : le lendemain du jour de collecte, la Police (16 personnes), seule habilitée à réprimer, s’est chargée de verbaliser les personnes n’ayant pas rentré leurs sacs ou ayant déposés des sacs illicites.
Ces sacs ont ensuite fait l’objet d’une collecte par le Service de la Propreté qui avait également mobilisé plus de 7 camions ainsi que le personnel nécessaire, soit 14 personnes.

Résultats


Ces résultats sont riches d’enseignements :

"Les résultats obtenus témoignent tout d’abord que, dans leur grande majorité (environ 92%), les Liégeois respectent les règles de tri et le règlement communal relatif à la propreté publique. D’une façon générale, la Police de l’Environnement, le collecteur (Shanks) et le Service de la Propreté publique de la Ville redoutaient un nombre bien plus élevé d’infractions.
On constate en outre (à une exception près - infractions OMB du lundi), une diminution considérable (entre 40 et 80%) et systématique des infractions constatées, et par conséquent un nombre important de sacs non conformes ou tardifs rentrés, entre le premier et le deuxième jour de contrôle - et ce tant pour les infractions en matière de PMC, papiers/cartons ou OMB. Le solde final des infractions constatées est donc mineur (2,4% pour l’ensemble des ménages).
Ces chiffres démontrent que, même s'ils ont été pris en défaut le premier jour de contrôle, un grand nombre de Liégeois concernés ont respecté la consigne indiquée sur l’autocollant. Il s’agit là d’un résultat extrêmement positif et encourageant, qui répond parfaitement à l’objectif de l’opération : « sacs non conformes ou en retard : pas sur le trottoir » !
267 sanctions administratives communales (SAC) au total ont déjà été rédigées au cours de l’opération, lorsque les indices matériels trouvés sur place étaient suffisants pour établir directement le lien avec l’auteur de l’infraction."
"Sur base des autres PV ayant été dressés à l’encontre de riverains convoqués à se présenter dans les prochaines semaines, la Police prévoit que d’autres SAC seront encore rédigées suite à cette opération au cours des prochains mois.
Ce résultat est considérable (267 SAC en 10 jours) au regard des quelque 3.000 SAC dressées par an en matière d’infractions environnementales (ce chiffre ne se limitant pas en outre aux infractions visées par l’opération mais s’étendant par exemple également aux déjections canines)."

Création d’une banque de données

Les distraits, récalcitrants ou irréductibles inciviques n’ont quant à eux désormais qu’à bien se tenir, puisque toutes les infractions sans exception ont en effet été relevées et encodées dans une banque de données qui permettra de cartographier les endroits problématiques et d’orienter les actions futures, notamment dans le cadre du projet sur lequel travaille la Ville en collaboration avec Fost+ et Intradel, destiné à améliorer la qualité du tri des PMC.

Retour positif de la population

"Au-delà de l’aspect répressif, le but de l’opération était évidemment d’interpeller et de sensibiliser à nouveau la population en la matière.
Ainsi, à chaque infraction constatée, un avis de passage a été laissé dans les boîtes aux lettres, précisant aux habitants qu’une infraction avait été relevée et que les personnes pouvaient contacter la police de l’Environnement.
Résultat immédiat - et même inattendu -, témoignant de l’utilité d’une telle initiative : le retour de la population a été extrêmement important, puisque pas moins de 436 appels de personnes perturbées par le fait que leur sac n’avait pas été ramassé ont été recensés…rien que le premier jour de l’opération !
Malgré quelques très rares incidents signalés par le collecteur (altercations avec certains riverains), la tenue de l’opération a donc rencontré un franc succès auprès de la population."

Il ne s’agira pas d’une opération «unique»

Comme le signaleront Willy Demeyer et André Schroyen :
« Au vu du bilan plus que positif de cette première opération, l’objectif est de la réitérer au rythme de 2 jours de collecte contrôlés par mois (soit 4 jours de contrôle), dès février-mars 2010.
Combinées au maintien des patrouilles mixtes et aux opérations pluridisciplinaires déjà mises en place ponctuellement dans certains quartiers davantage touchés par des problèmes de propreté (Sainte-Marguerite, Outremeuse, Droixhe,…), de telles initiatives transversales s’imposent donc de plus en plus comme l’un des aspects incontournables de la solution à apporter aux problématiques liées à la malpropreté et au tri des déchets, et ce tant en matière de sensibilisation que de répression.
La police de l’Environnement a d’ailleurs tenu a souligner l’implication totale de tous les intervenants qui a permis la tenue efficace de l’opération tout au long de celle-ci.»

Vous voilà prévenu, à vous de jouer le jeu...C'est dans l'intérêt de tout le monde.





Ga. L.