• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3170913

Il y a déja

Mis en ligne le 07/05/2005

Expo Universelle de 1905: Comme si "Proxi-Liège" y était allé. Série de Pierre André n° 3

Dimanche 30 avril 1905, une seule raison d’être à Liége, aller à l’Expo, une Expo qui exige encore quelques parachèvements nonobstant l’inauguration officielle. Nombreux sont venus pédestrement – en ce temps-là, nul besoin de lancer un Plan Piéton pour célébrer les vertus de la marche! D’aucuns sont venus en tramways dont « les mâts, surmontés de hampes supportaient des oriflammes aux couleurs des diverses nations représentées à l’Exposition. » Huit lignes dont trois électriques – 1, 2, 7 - conduisent à l’Expo. Trois lignes – 2, 7, 4 - pénètrent dans son enceinte mais seuls les percepteurs de la ligne numéro 2 délivrent des tickets d’entrée à l’Exposition. La ligne 2 part de Grivegnée, dessert les gares du Longdoz et des Guillemins, en passant par la place du Théâtre et les Boulevards. Elle a son terminus à côté du Palais des Fêtes.

Aller à l’Expo en bateau

Certains sont venus en bateaux à vapeur dont l’invention due à un Français, le marquis de Jouffroy d’Abbans, remonte à la fin du 18ème siècle. Deux lignes existent à Liège.
L’une en amont, en provenance de Seraing, a une fréquence bi-horaire. Parmi ses haltes, Sclessin-Hippodrome et l’Expo juste après la halte de Kinkempois. Au retour du quai de la Goffe, c’est passé Rivage-en-Pot que les visiteurs atteignent l’Expo.
L’autre ligne fluviale joint Maestricht au quai de l’Industrie (1) présentée, dans les publicités, comme « près de l’entrée principale de l’Exposition ». Une pub gentiment mensongère, chacun à Liège, sait que l’entrée principale se trouve aux Vennes-Fétinne. Quatre aller-retour journaliers. « Les conducteurs se chargent de toutes les formalités douanières aux frontières Belge et Néerlandaise ». Le coût aller-retour en 1ère classe, 8 € 75. Nettement moins cher que le trajet à bord du « Pays de Liège » en 2005, 13€ 80. Le Hollandais qui veut faire la fête à la « World’s Fair » embarque, à Maestricht, au Quai Notre-Dame à 7h du matin et réembarque le lendemain, à 5h30, au quai de l’Industrie, à Liège, la tête pleine de souvenirs nocturnes du Vieux Liège ou de Fragnée et d’idées nouvelles rencontrée aux Vennes, à la Boverie ou à Cointe.
Enfin, le succès de l’Expo tient à ce que Liège se situe sur les lignes ferroviaires assurant les liaisons directes avec Paris-Berlin-Saint-Petersbourg-Trieste-Constantinople-Vienne-Londres-Amsterdam-Ostende-Bruxelles-etc. Liège est un véritable « hub ».

Le quinzième 1er Mai liégeois

Le lundi 1er mai est une journée de travail. Mais ce jour, à Liège, un certain nombre de travailleurs le chôment depuis 1890. Cette année-là, le bourgmestre Julien d’Andrimont interdit le premier 1er Mai. Interdiction vaine, car 4000 ouvriers la bravent et manifestent. Ils contribuent à inciter un Congrès socialiste international, tenu à Bruxelles en 1892, à institutionnaliser la Fête du Travail. Les patrons se sont peu à peu habitués à tolérer à ce que le 1er Mai soit un jour chômé par les travailleurs qui le désirent. Cependant, il se trouve d’irréductibles adversaires à cette libéralisation. Ainsi les Braconnier, patrons du charbonnage Horloz, à Tilleur, ont prévenu que tout chômage le 1er mai 2005 équivaudrait à un licenciement sur le champ et au déguerpissement immédiat de la maison ouvrière, propriété du charbonnage.
La 15ème Fête du Travail célébrée à Liège a été un succès. Dès 8h30, « La Populaire » est comble. Le cortége, composé de trois mille manifestants et une dizaine de corps de musique, démarre à 11h30 en direction du Boulevard de la Sauvenière, Pont d’Avroy, rue Cathédrale, du Pont, Places du Marché et Saint-Lambert. En tête du cortége, le député Célestin Demblon. Les parlementaires André Smeets et Joseph Weetinck sont au sein des Sérésiens. Un meeting, présidé par le député permanent Alfred Laboulle (2) « encourage les travailleurs à faire une propagande intense en faveur du S.U. » (suffrage universel). La fête se poursuit tard dans la soirée mais « selon le camarade Fraipont, limonadier, cette année, la consommation des boissons alcooliques a diminué de plus de 90%, le 1er mai ». Le journal « Le Peuple » du 3 mai qui rapporte l’anecdote précise qu’ « il est vrai de dire que les excellentes bières de Munich, de Dortmund et de Saison que l’on débite dans cet établissement ont largement contribué à ce résultat ». Ces bières, spécialement celles de Munich, sont également celles que l’on boit le plus à l’Expo notamment à « La Haute Bavière » sur le site de Fragnée.
En fin de journée du 1er mai, Galopin, secrétaire de la fédération liégeoise du POB, a reçu réponse à sa lettre de la mi-avril au Comité exécutif de l’Expo. Celui-ci marque son accord pour des réductions aux travailleurs. Ceux-ci visiteront l’Expo, en semaine pour 1€ 46, le dimanche pour 2€ 92 alors que prix normal est de quasi 6€ (5€ 84 très exactement). Toutefois, le Comité exécutif subordonne le bénéfice de ces « prix de faveur » à la condition que les travailleurs d’une même entreprise se présentent ensemble à la même porte d’accès. (A suivre...)
-------------------------------------

(1) Actuel quai Churchill.

(2) Le Peuple 3 mai 1905.

(3) Vingt ans plus tard – le 17 juin 1925 - Laboulle sera le premier socialiste liégeois à prêter serment en qualité de ministre (Cabinet Poullet-Vandervelde). Il gérera le département des Travaux publics.





Pierre André