• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3202466

Médias

Mis en ligne le 25/03/2009

"Proxi-Liège" passe en mode aléatoire...

Comme vous avez dû vous en rendre compte, depuis quelques semaines, voire quelques mois, « Proxi-Liège » n’est plus ce qu’il a été.
Explications : pour différentes raisons, dépendantes et indépendantes de ma volonté, je n’ai pu plus suivre, d’aussi près que je l’aurais souhaité, les développements de l’actualité de notre ville, de notre Pays de Liège. C’est la réalité et je ne peux évidemment revenir en arrière. Ce qui est passé, l’est irrévocablement.
Pour maintenir « Proxi-Liège » à un niveau acceptable, il faut que l’actualisation soit la plus régulière possible et dans tous les domaines. Quand on est seul aux commandes, c’est, vous en conviendrez, une gymnastique assez périlleuse d’autant que je ne rajeuni pas.
Celles et ceux qui ont suivi les pérégrinations de «Proxi-Liège» depuis le début connaissent mes motivations. Mais pour celles et ceux qui nous ont rejoint en cours de route, il est peut-être bon de le rappeler.
Si, en septembre 2000, j’ai décidé de lancer «Proxi-Liège» c’était pour deux bonnes raisons.
La première : je venais (après plus d’un quart de siècle de bons et loyaux services passés au journal La Meuse) d’être relégué au peu enviable et reluisant (mentalement et financièrement, puisque deux enfants encore aux études) statut de prépensionné ou préretraité. Ayant passé toute ma carrière professionnelle dans la presse (entré au journal La Wallonie en mars 1965), je n’avais aucune autre corde à mon arc que l’information et je n’avais évidemment pas l’intention de rester sur une chaise à regarder passer les nuages.
La seconde : comme à cette époque il n’existait aucun organe de presse liégeois sur Internet, «Proxi-Liège» était une opportunité. Tout d’abord sous forme hebdomadaire et deux ans plus tard quotidienne. C’était pour moi la seule possibilité (légalement, puisque je ne peux toucher aucun autre revenu que celui de ma prépension) de rester dans le coup et de poursuivre ma profession de journaliste.
Pari tenu ! Pari réussi puisque nous sommes actuellement dans notre 9ème année et que nous affichons (depuis septembre 2005, date de l’actuelle présentation et de la mise en marche du compteur) un lectorat de près de 1,5 millions de visiteurs avec une moyenne de 1500 à 2000 visiteurs uniques chaque jour.

Vers une actualisation aléatoire

Mais voilà, tout évolue. Je vieilli ( je n’ai pas honte de le dire car rien n’est durable), je n’ai plus le punch que j’avais encore il y a 9 ans. Mais il y a aussi beaucoup d’autres facteurs qui interviennent (vie familiale, facteur financier etc…). Mais je ne vous en dirai pas plus.
Comme je l’écrivais plus haut, je suis bel et bien largué et ne peux plus répondre aux dizaines de sollicitations que vous envoyez à «Proxi-Liège». Je ne sais plus me rendre à toutes les conférences de presse auxquelles vous m’invitez, je ne sais plus traiter les dizaines de communiqués de presse que je reçois chaque jour (parfois même en double exemplaires ?). C’est peut-être ça la rançon du «succès».
Rassurez-vous, « Proxi-Liège » ne va pas s’arrêter, mais je vais devoir faire des choix. Ceux-ci seront forcément subjectifs et aléatoires. Certes, on me verra encore de temps à autre, à l’une ou l’autre conférence de presse ou manifestation. Certes, on lira encore l’un ou l’autre communiqué, voire des articles plus personnels.
Mais, désolé, l’actualisation de «Proxi-Liège» se fera désormais d’une manière tout à fait aléatoire en tachant seulement de tenir compte de certains agendas. Je suis sûr que vous comprendrez et que vous ne m’en voudrez pas.


Gaston LECOCQ
Rédacteur en chef et éditeur responsable de « Proxi-Liège » depuis le 1er septembre 2000.