• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3201637

Bouquins

Mis en ligne le 31/10/2005

B.D. Avec "J'ai fini" la série Cédric en est à son 20ème album

Du bureau d’études des ACEC (Ateliers de construction électriques de Charleroi) situé a Herstal, le dessinateur liégeois Tony de Luca est passé dessinateur de BD, sous le pseudonyme de Laudec (la photo).
Le Liégeois, d’origine calabraise, n’entendait pas courir le risque d’être confondu avec Giorgio de Luca, un autre grand nom de la BD. Le vingtième album de sa série vedette qui narre les aventures de Cédric, sur des scénarios de Raoul Cauvin, sort ce mercredi 2 novembre, sous le titre de "J'ai fini" aux éditions Dupuis.
On y retrouve Cédric, sa petite amie Chen, son papa Robert, sa maman Marie Rose et son grand-père, Pépé.
On y remarque des lecteurs du journal « Les Niouz-Soir » annonçant la fin de liaison de Lara Fabian et de Cauvin ou d’un autre titre « Pippeul » relatant qu’aux USA, Bush et Kerri décident de jouer le mandat présidentiel au monopoly !

Car il faut savoir que Cédric évolue au cours du temps tout en conservant le même âge. Il est vraisemblable que dans le 21ème ou le 22ème album, Cédric aura un ordinateur portable. C’est du moins ce que nous a laissé entendre Laudec. « Cédric est un petit garçon de notre époque, on le modernise mais sans pour cela sacrifier aux modes de l’époque. Il ne faut pas que Cédric devienne le petit garçon « pointu » de maintenant, sinon dans cinq ans, il sera démodé et on n’en parlera même plus. Le petit garçon de huit ans qui lisait Cédric au début de la série – il y a dix-huit ans - n’est plus le même que le petit garçon qui le lit aujourd’hui. Cédric ressemble au petit garçon du moment ».
Au fil de la série, parmi les lecteurs certains sont devenus des « Cédricologues » au même titre que Tintin a engendré des « Tintinologues ». L’apparition de ces types de lecteurs a fait renoncer Laudec et Cauvin à certains gags du style « Anniversaire de Cédric ». En effet, si Cédric, (huit ans) dans tel album paru en 89 et qu’on fête son fête son anniversaire et que dans tel autre, paru en 91, il aurait donc tel âge. « Pour éviter cela, on à décider de ne plus parler d’anniversaire parce que les enfants vont vraiment dans le fond des choses ».

Cédric passe à la TV et fait vendre

La conception et la réalisation d’un album nécessite de six à huit mois de travail régulier « tout en sachant que sur ces huit mois, il y a le travail de la BD à proprement parler, il y aussi la recherche de la documentation. Même si pour une série comme Cédric, cela peut paraître un peu étonnant. Mais si je dessine un fauteuil, une voiture, je ne peux pas dessiner une bête fauteuil, une bête voiture comme je l’imagine, il faut que ce soit quelque chose de réel, de notre époque. Et puis, il y a tout le travail annexe. Du dessin animé, après deux séries de cinquante deux épisodes de treize minutes, une troisième est en cours d’élaboration. Il y aussi du merchandising . Il y a aussi des licences. Moi, je suis le nouveau graphique de toutes les nouvelles licences pour Cédric. Pour le moment, il y en a pas mal. Déjà tous les objets scolaires, des cartables, des plumiers, des règles, des gommes. Puis il y les vêtements, les t-shirts, les sweat-shirts, les jupes, les pantalons, les pantoufles, les chaussettes. Il y a des objets ludiques, des skate-boards, des trottinettes, des genouillères, des casques. Il y aussi les objets alimentaires. Il me faut suivre tout cela afin les licenciés ne fassent pas n’importe quoi avec le personnage de Cédric. Il n’est pas question de voir Cédric par exemple sur un paquet de cigarettes ».
Il est a noter que lorsque Laudec évoque les ACEC, il parle d’un « métier sérieux » et quand il parle de son travail avec son héros Cédric, il préfère l’expression « métier ludique »…





Pierre André