• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3172551

Bouches ardentes

Mis en ligne le 28/11/2008

Le boulet liégeois : la quintessence de notre gastronomie



Ce samedi 29 novembre, à l’auberge de Jeunesse Simenon en Outremeuse soirée «Boulets-Frites» de J-C Marcourt… avec la Confrérie du Gay Boulet. Et si le boulet liégeois devenait « patrimoine culturel immatériel de l’Unesco » ?
Ce samedi 29 novembre, dès 18h, l’Auberge de Jeunesse Georges Simenon, située dans le quartier d’Outremeuse, sera en effervescence pour une grande soirée « boulets frites »…Mais pas n’importe quels boulets !
Cette soirée, une initiative de Jean-Claude Marcourt (ministre wallon de l’Economie et du Patrimoine) était à l’origine destinée à se faire rencontrer, dans une ambiance festive et décontractée, les amis du ministre dans la cadre de « Liège Métropole ». Mais cette année, cette soirée aura un sens tout à fait particulier puisqu’elle sera axée sur un des piliers très forts du patrimoine liégeois : le boulet à la liégeoise.

Or, lorsque le mot boulet pointe à l’horizon, elles ne sont pas loin les oreilles d’un des membres de la confrérie du «Gay Boulet» pour que celle-ci marque de son empreinte la soirée pour en faire un événement à la gloire du «boulet liégeois». Et Jean-Claude Marcourt devait s’y attendre un peu. En effet, Michel Antaki, le « Michel Antaki D’une certaine gaité, ce monument incontournable et incontourné de la culture liégeoise » ne lui avait-il pas demandé son aide il y a quelques temps pour lancer la procédure afin que le « boulet à la liégeoise » soit reconnu comme « Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco ».
Il dira aussi : «Nous aussi nous avons notre BHV, mais il est beaucoup plus sympathique puisqu’il signifie Boulet de Haute Valeur ».

Et Michel Antaki d’expliquer : «Si Sarkozy veut inscrire la cuisine française au patrimoine mondial de l’Humanité, notre boulet le mérite tout autant ». Et c’est sur les recommandations de Jean-Claude Marcourt que Michel Antaki a d’une part écrit à tous les parlementaires belges (francophones et néerlandophones) et d’autre part lancé une pétition. Celle-ci, présentée d’individu à individu a déjà été signée par près 1.311 signatures, tandis que sur le site « Facebook », elle en a recueilli près de 6000. Quant aux parlementaires, outre l’appui de Jean-Claude Marcourt, Michel Antaki a reçu l’appui de l’inoxydable (c’est lui qui s’appelle comme ça) sénateur Herman De Croo (VLD) et du sénateur Marc Elsen, (CDH de Verviers).

Le boulet de cristal

Tout ça ne faisant évidemment que le bonheur complet de Marcel Renard, primiliboulet (en quelque sorte le grand maître) de la Confrérie du Gay Boulet dont il est un des fondateurs (c’était suite à une distraction dans un restaurant en 1992 où il se trouvait avec son beau-frère) en 1994.

Parce qu’avec cette soirée, la pérennité du «boulet liégeois », le seul et l’unique, avec sa texture si particulière et sa sauce qui va avec (elle aussi est unique), n’en sera que renforcée. D’autant que c’est en ouverture de cette soirée (vers 18 h) que les membres de la confrérie, avec tout le cérémonial qui lui sied, remettra le « Boulet de Cristal 2008 », une distinction qui remonte déjà à 1997 et qui honore le restaurateur ou cuisinier dont le boulet à la liégeoise aura recueilli les suffrages des « dégustateurs » de la confrérie. A signaler qu’un des tests de sélection se fait complètement à l’aveugle. L’an dernier c’est le « Vin sur Vin » de la Place du Marché à Liège, qui avait remporté le tant convoité boulet en cristal du Val Saint-Lambert. Qui sera l’heureux élu cette année ? Nous vous le dirons après la soirée du samedi.

Si le boulet m’était conté

Et «raisin de Corinthe au pèkèt sur le boulet», au cours ce cette soirée sera également présenté la «bible» du boulet, à savoir le livre paru aux éditons du «Gay Boulet» que l’on doit à la plume historico-folklorico-gourmande de Jacques Sacré et Francis Romain, avec une couverture de Jean Dupont, des dessins de Wite et des illustrations de Jacques Sacré.

Ce livre, nous l’avons lu et franchement, il se doit d’être dans la bibliothèque du plus pointu des historiens mais aussi des gastronomes.
La première partie vous conte « Le boulet du néolithique à nos jours ». Et l’on est surpris de découvrir que ce boulet était déjà présent à l’époque du néolithique, mais aussi chez les pharaons égyptiens, chez les épicuriens de la Rome antique, voire chez les combattants de Charlemagne lorsqu’ils repoussaient les Sarrasins.
Je peux personnellement attester de l’authenticité des recherches effectuées par les deux historioliboulets. En effet, ils ont parfaitement décrit un établissement dans lequel je me suis rendu avec ma grand-mère dans les années 50. C’était place du Marché, on y allait quand j’avais congé à l’école primaire, le matin, juste avant d’aller voir un film au Crosly. Nous y mangions un boulet à la sauce liégeoise, mais avec une tartine de beurre. C’était beaucoup trop tôt pour les frites. Un souvenir impérissable, ce boulet en sauce….
Dans la seconde partie de cet ouvrage haut en couleur (même s’il est en noir et blanc) vous saurez tout sur la « Confrérie du Gay Boulet » de Boncelles (c’est son siège social), son histoire, ses traditions, les appellations de ses membres ainsi que quelques recettes (de boulets et de sauces) qu’ils recommandent.
Avec cet ouvrage, pas de doute que notre « boulet » (à ne pas confondre avec une boulette qui n’a rien de comestible en général) qui rime d’ailleurs très bien avec pèkèt et Tchantchès (donc il est vraiment liégeois) connaisse la reconnaissance mondiale, voire universelle qu’il mérite. Car comme le dit si justement le primiliboulet Marcel Renard : «Mais n’est-il pas à l’image de cette Terre originelle…ou plutôt la terre originelle n’est-elle pas la pâle reproduction de cette perfection sphérique qu’est le boulet ? »

La soirée

Donc si vous voulez vraiment vivre une soirée qui sera à jamais inscrite dans les mémoires liégeoises, rendez-vous ce samedi soir dès 18 h à l’Auberge de Jeunesse Georges Simenon (sa directrice Dominique Faure n’a pas son pareil pour soutenir notre culture et notre folklore) en Outremeuse, où l’animation musicale déjantée sera assurée par «Poët en Stock», une fanfare composée de musiciens professionnels du quartier (ils se sont déjà bien fait connaître lors du 15 août dernier) mais qui jouent d’ instruments dont ils n’ont pas vraiment l’habitude et qu’ils s’échangent. Ils sont 25. PAF - boulets-frite 5 €.
Et si en passant samedi soir en Outremeuse, vous entendez ce cri «Gay, gay, gay Boulet…» n’ayez crainte, c’est le cri de ralliement mais aussi d’allégeance des membres de la Confrérie du Gay Boulet.

Les photos de haut en bas :
- de gauche à droite : Dominique Faure (directrice de l'Auberge de Jeunesse Georges Simenon); Jean-Claude Marcourt, le primiliboulet Marcel Renard et Michel Antaki .

- Le primiliboulet hume le boulet. C'est parfait, on peut le déguster...

- Le fameux "boulet de cristal" du Val St Lambert comme il se doit.

- la couverture du livre




Autres renseignements boulistiques : www.gayboulet.be

Auberge de Jeunesse Simenon : www.laj.be





Gaston LECOCQ