• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3084411

Culture

Mis en ligne le 14/09/2008

Le Musée de la Vie Wallonne nouveau


Rouvert vendredi dernier, après 4 ans de rénovation parfaite, ce musée de la vie de toutes les Wallonnes et les Wallons démontre que le passé se conjugue aussi au futur. A visiter sans modération…

Pour l’inauguration vendredi soir, de la 20ème édition des «Journées du Patrimoine», l’ancienne église Saint-Antoine, restaurée et désacralisée et qui fait partie de l’ensemble « Musée de la Vie Wallonne », ne pouvait être mieux choisie. En effet, quelques heures plus tôt, en fin de matinée, avait eu lieu l’inauguration officielle et en grandes pompes (avec près de 300 persones) de la réouverture du «Musée de la Vie Wallonne».

Peu avant, une conférence de presse par les députés provinciaux Paul-Emile Mottard (Culture) et Georges Pire (Travaux), faisait le point sur ce musée (ancien couvent des Frères Mineurs 11ème siècle et aujourd’hui propriété de la Province de Liège) ressuscité, suivie ensuite par une visite privilégiée autant qu’exceptionnelle.
Pas vraiment un fana des musées, ni mordu par les «vix rahis», j’ai tout de suite été agréablement happé par ce musée qu’une scénographie digne du XXIème siècle vous empêche de faire demi-tour après 20 minutes. Mieux, à chaque étape franchie, j’avais véritablement le sentiment de découvrir des choses que je pensais bien connaître (pour les avoir apprises à l’école ou tout simplement pour les avoir vécues) et que finalement j’avais complètement oubliées. Bref, comme dans toute visite de presse, il y a une chronologie à respecter, il était impossible de tout voir. Mais bon sang, quel musée ! Rien à voir avec celui que j’avais connu il y a plus de 40 ans. Aussi, bien que je ne sois vraiment pas un adepte des visites muséales, c’est sûr que j’y retournerai.
C’est d’ailleurs un conseil que je vais donner à tous mes lecteurs : « Si tu passes par Liège », n’hésite pas.

Le « Musée de la Vie Wallonne » te fera passer quelques heures dans un autre monde. Si tu es de chez nous, c'est-à-dire si tu es Wallon (de toute la Wallonie, pas seulement de Liège), tu découvriras ce qu’était ton passé, ancien ou très proche. Tu verras aussi que notre Wallonie possède encore de fameuses opportunités et que tout n’y est pas sinistre comme certains (pour le moment) veulent le faire croire. Si tu n’es pas de chez nous, c’est encore mieux, car tu sauras d’où les Wallons viennent, ce qu’ils ont réalisé, ce qu’ils réalisent encore et comment notre région n’attend pas le dernier train pour le futur… ». C’est tout ça le Musée de la Vie Wallonne.
On peut comprendre dès lors les paroles de Paul-Emile Mottard : « Un musée, ce n’est pas une île isolée au sein d’un immense océan. C’est un lieu public en perpétuelle évolution et remise en question. C’est un lieu public d’échange et de rencontres, favorisant le développement de l’esprit critique de ses visiteurs. »

Visitons

La scénographie, réalisée par Claude Santerre, bien connu dans le monde du théâtre notamment, vise à mettre en évidence les différentes facettes de la vie en Wallonie et tente de définir ce que signifie encore aujourd'hui « être Wallon » tout en étant « Citoyen du Monde ».

Le nouveau Musée de la Vie wallonne montre la vie sous toutes facettes. « Pas seulement la vie quotidienne, toute la vie ! Celle de toutes les populations à travers toute la Wallonie, précise Paul-Émile Mottard Avec pour vocation de devenir à tout le moins le musée de tous les Wallons ». La visite suggère des réponses à la question « comment être Wallon et Citoyen du Monde ? » en plaçant le visiteur dans un état de questionnement intérieur...
Le Musée à travers 5 espaces - étapes
Dès l'entrée dans ce nouvel espace, le visiteur est confronté à cinq conceptions Après le nécessaire passage par le nouvel espace d'accueil, la visite du musée débute véritablement au 2ème étage par une introduction dans la vie wallonne ancienne et actuelle. D'emblée l'œuvre monumentale du Marché de Liège, par Léopold Harzé, une véritable planche de BD en trois dimensions, plante le décor d'ambiance du parcours : authentique, finement observateur et intimement humain tout comme les prises de vues contemporaines proposées par Jim Sumkay, photographe liégeois du quotidien.
Wallonie(s)

Trois regards inédits sur la Wallonie éveillent les sens, raniment son histoire et invitent à partager son légendaire esprit de fête. Tout d'abord, une évocation des différents aspects géographiques de toute la Wallonie.
Les différentes matières premières qui ont fait ou font encore la richesse de notre territoire (charbon et métal, terre, pierre, bois, eau et verre) sont présentées à l'aide de cubes d'où jaillissent des roseaux parlant les différents dialectes wallons (le picard, le wallon, le gaumais ou lorrain et le champenois).
Sur écran, une œuvre cinématographique de Benoît Dervaux s'inspire de la Wallonie par petites touches impressionnistes.
La section voisine met en évidence le Fonds d'Histoire du Mouvement wallon, des prémices (1789) au fédéralisme évolutif (années 2000).

Quant à la section « revival », elle témoigne du regain d'intérêt pour le passé, du désir d'affirmer son identité et son attachement au terroir. Si le folklore wallon se manifeste à l'occasion de nombreuses festivités, des objets anciens sont quant à eux récupérés et détournés de leur usage d'origine. D'anciennes charrues ornent nos ronds-points ou nos jardins privés, d'anciennes cruches à lait nous servent de boîtes à lettres, de fausses lampes de mineur deviennent des briquets de table, ... C'est aussi ça le revival wallon !
(R)évolutions techniques
Cet espace aborde en parallèle l'évolution de la vie économique et des modes de communication, deux sujets étroitement liés.
Techniques anciennes, (r)évolutions, crises et (re)conversions jalonnent l'épopée économique wallonne.
Des sentiers de terre aux voies aériennes, du pigeon voyageur aux satellites, la Wallonie s'est aussi inscrite dans la grande mutation mondiale des transports et de la communication. Une pièce est consacrée aux techniques anciennes, une autre à la révolution industrielle. Saviez- vous que le chien, avant de devenir le meilleur ami de l'homme, avait été son collègue de travail au même titre que le cheval ?

Chaque objet est remis dans son contexte grâce à un judicieux choix d'images.
Ce chapitre se referme avec le mur des nouvelles technologies sur lequel sont présentées différentes entreprises wallonnes actuellement actives dans des secteurs de pointes.
La tour des TIC (technologies de l'information et de la communication) quant à elle parle de l'implication d'Internet dans notre présent : le pouvoir, l'art, le commerce, la communication.
Après un passage par la salle des expos temporaires et la galerie vitrée (qui évoque l'évolution du chantier du nouveau musée), le visiteur redescend au 1er étage où il est interpellé par la dernière guillotine liégeoise. L'occasion d'alimenter une réflexion sur la peine de mort dans un décor de circonstance...
Vivre ensemble

Fêtes et loisirs rythment la vie et tissent les liens sociaux. L'homme est social.Il établit des liens au sein de sa famille, renforçant ainsi un sentiment d'appartenance « tribale ».
Du berceau à la tombe, repas, rassemblements et célébrations diverses marquent les étapes de sa vie. Chacun de nous entretient également des contacts sociaux avec un entourage plus large : fêtes et réjouissances collectives, tourisme, loisirs, sports, hobbies, mouvement de jeunesse...
« Vivre ensemble » aborde également les droits conquis dans le monde du travail, dans le domaine privé et dans l'exercice de la citoyenneté.
Cette section raconte comment les Wallons ont réagi à ces grandes évolutions de la société (amélioration du sort des travailleurs, interruption volontaire de grossesse, euthanasie...), bien qu'elles n'aient pas touché que la Wallonie...
Jour après jour

Les temps ont changé, nos maisons aussi ! C'est l'histoire de l'évolution de l'espace privé, de notre intimité, depuis la pièce unique jusqu'à l'apparition de nouvelles pièces répondant à de nouveaux besoins (salle de bain, buanderie, séjour et cuisine).
C'est aussi l'évolution de l'habillement avec une section consacrée à la mode mais aussi celle du commerce, de l'alimentation et de l'équipement ménager. Le visiteur est invité à se rendre dans une cuisine vue sous la forme d'un laboratoire. Il peut ouvrir les portes du frigo...
Toutes ces sphères de vie sont évoquées grâce à des objets, récents ou anciens. Les anachronismes sont voulus et entraînent inévitablement le visiteur dans un questionnement sur le rôle de son « quotidien ».
En parallèle à cet espace, l'évolution de la publicité recoupe les différents sujets abordés. Puisque la production excède la demande, la pub incite à la consommation. Aujourd'hui elle est partout. C'est l'occasion de découvrir la formidable collection d'affiches du musée (56 affiches sont proposées à partir d'une collection qui en compte près de 350 ... !). En bout de parcours, un ancien cinéma de quartier vous attend pour (re)voir sur grand écran les productions wallonnes ou les films auxquels la Wallonie a servi de décor. D'Henri Storck aux Frères Dardenne en passant par Paul Meyer, et bien d'autres réalisateurs wallons ....
Vie de l'esprit

Cultes des saints, magie et superstitions influencent notre quotidien. Ils sont également envisagés sous l'angle de l'intimité. Pour obtenir une grâce, soigner un mal, chaque saint a, ou avait, sa spécialité. La première partie concerne le magicoreligieux et montre comment l'Église a récupéré certaines croyances païennes anciennes. Ainsi, l'arbre à clous (admirablement restauré et mis en valeur) était déjà vénéré avant l'avènement du christianisme. Il permettait (et permet toujours dans certains coins de Wallonie) de transférer un mal en y plantant un clou... Vous découvrirez même un livre de sorcellerie : mais attention, interdiction formelle de prononcer ses sortilèges !
Au fil de son histoire, la Wallonie s'est enrichie de divers courants philosophiques et religieux. Huit religions et/ou philosophies sont présentes sur son territoire : le christianisme (catholicisme, protestantisme, orthodoxie), le judaïsme, l'islam, le bouddhisme, la laïcité et la franc-maçonnerie.

L'esprit, c'est aussi l'éducation. Le visiteur s'imprègne de l'histoire de l'enseignement en Wallonie dans une ancienne classe reconstituée.
Enfin, l'esprit c'est aussi l'intelligence du geste de nos artisans ou designers... Pièces de maîtrises, chefs d'œuvre, artisanat et design illustrent la transmission des savoir-faire et la quête de l'absolu.
La visite du musée se termine sur une évocation de l'avenir de la Wallonie réalisée par l'artiste liégeois Jacques Charlier qui propose, avec la complicité de Yaël Nazé, astrophysicienne de renom de l’Université de Liège, une installation originale sur le thème de l'exo planète : n'existerait-il pas, quelque part dans l'univers une planète, semblable à la nôtre sur laquelle une vie semblable à la nôtre, voire identique aurait pu exister ? Ou une planète qui servirait de terreau à nos prolongements ?

Quelques données.

La restauration du Musée de la Vie Wallonne qui présente quelques 5000 pièces de collection sur un patrimoine de 100.000, aura coûté 10 millions d’euros dont 5,5 millions sur fonds provinciaux. Le surplus provient de subsides de l’Europe, la Région Wallonne, de la Communauté, mais également du Fonds de l’ALG (Association Liégeoise du Gaz – Intercommunale). Le nouveau musée qui s’inscrit en outre dans la politique culturelle et touristique développée par la Province de Liège est dirigé par deux dames : Annie Grzeskowiak (dirige l’équipe scientifique du Musée) et Marie-Claude Thurion en est la conservatrice.

En pratique

Les responsables du Musée de la Vie wallonne ont mis au point un système d'audio guides (quadrilingues) proposés gratuitement au visiteur et offrent deux niveaux de lecture. Un premier commentaire explicite les choix scénographiques et muséographiques de l'espace envisagé. Un deuxième niveau d'audition permettra au visiteur d'entendre des commentaires plus pointus ou des anecdotes relatives aux diverses matières.
Des colonnes lumineuses permettent au visiteur de se situer dans le parcours. Elles comprennent une synthèse du thème abordé avec un encart destiné au niveau pratique (hauteur et langage simplifié) au jeune public. Un personnage aux longues moustaches portant le nom d'Edouard les conduira dans les différents espaces.
Enfin, un espace saveurs (pour y découvrir les spécificités culinaires wallonnes) y est ouvert ainsi qu'une boutique dans laquelle le chaland trouvera ce qu'il souhaite : objets divers pour grands et petits, des livres, des cartes postales, ...mais aussi des bières wallonnes ! Signalons enfin que le nouveau Musée est doté d'un auditorium pour des conférences et que ses accès sont accessibles aux personnes moins valides.
Pour être complet, il faut aussi savoir que des parcours et des animations sont prévues pour les enfants, que tout y est prêt pour y accueillir les groupes scolaires ou de particuliers avec visites commentées ou non. Que tout chercheur (après en avoir fait la demande) se verra ouvrir l’accès à des pièces et documents non exposés, etc…

Sachez aussi que le Musée de la Vie Wallonne (dont la visite sera gratuite durant le week-end des fêtes de Wallonie à Liège, les 26,27 et 28 septembre) est ouvert toute l’année du mardi au dimanche de 9h30 à 18 h (mais fermé le 1er janvier, le 1er mai, le 1er novembre et le 25 décembre ainsi que la première semaine de janvier pour entretien technique).
Son prix d’entrée est fixé à 5€ pour les adultes, 4 € pour les seniors et étudiants et à 3 € pour les enfants entre § et 18 ans et 1,25 € pour les cartes Article 27.
Enfin, son entrée est entièrement gratuite le premier dimanche de chaque mois.
Pour tout autre renseignements complémentaires (tarifs groupe, séances privées), activités de recherches, vous pouvez contacter : info@viewallonne.be.
Musée de la vie Wallonne - Cour des Mineurs, (Hors-Château)- 4000 LIEGE - Tél : +32(0)4.237.90.40

Par ailleurs, d’ici peu vous pourrez accéder au nouveau site Internet à l’adresse : www.viewallonne.be





Gaston LECOCQ