• Visiteur(s) en ligne : 6
  • |
  • Visiteurs total : 3199209

Musique

Mis en ligne le 18/02/2008

Un grand chef, Herbig, au service d’un grand compositeur, Haydn au programme de l’Orchestre Philharmonique à Liège et à Verviers


Disciple de Karajan, Günther Herbig (la photo) est l’un des plus grands chefs allemands. Il dirigera l’Orchestre Philharmonique de Liège (OPL) dans un programme « 100% Haydn », à Liège et Verviers
De la 7e à la… 102e symphonie, ce sera un parcours condensé du grand compositeur « classique » autrichien Joseph Haydn (1732-1809) qui est proposé : Le Midi sonne encore baroque, la Symphonie concertante donne dans le style galant tandis que la Symphonie n° 102 ouvre vers Beethoven.
Quatre solistes de l’OPL seront à l’honneur pour ces concerts, précédés d’une séance commentée dans la série « Le dessous des quartes » qui dévoilera tous les secrets de la 102èmeSymphonie, ce mercredi 27 février à 18 heures 30 en la Salle Philharmonique du Boulevard Piercot à Liège. L’Orchestre, Gunther Herbig et ce chef d’œuvre de Haydn seront présentés par Jean-Marc Onkelinx, compétent responsable du secteur « musique classique » à la F.N.A.C. de Liège.
Les jeudi 28 février 2008 à 20 heures et samedi 1er mars à 15 heures à Liège en la Salle Philharmonique et le vendredi 29 février à 20 heures au Centre Culturel Régional de Verviers les mélomanes pourront successivement entendre de Joseph Haydn la 7ème Symphonie « Le Midi » (sauf le samedi après-midi au programme habituellement écourté),la Symphonie concertante pour hautbois, basson, violon et violoncelle et enfin la 102ème Symphonie .
Le concert du 28 février sera diffusé par la R.T.B.F.Radio sur Musiq’3 le lundi 10 mars à 14 heures 30

Le Chef Günther Herbig

Formé auprès de Karajan, Günther Herbig travailla à Dresde et à Berlin ; puis il quitta l’Allemagne de l’Est pour les États-Unis en 1984, et acquit une notoriété mondiale.
Premier chef invité de l’Orchestre Symphonique de Dallas à partir de 1979, chef permanent de l’Orchestre Symphonique de Detroit pendant six ans puis de l’Orchestre Symphonique de Toronto jusqu’en 1994, Günther Herbig dirigea dans le monde entier. De 2001 à 2006, il a été Directeur musical de l’Orchestre Symphonique de la Radio sarroise à Saarbrücken.
En avril 2005 à Liège, Günther Herbig dirigea l’OPL dans la 9e Symphonie de Bruckner et le Concerto pour piano n° 22 de Mozart.

Quatre solistes de l’OPL

- Le violoniste Richard Piéta est Concertmeister de l’OPL depuis 1969. Disciple de Marcel Lejeune, Lola Bobesco, Franco Gulli et Henryk Szeryng, il s’est régulièrement produit en soliste (notamment avec l’OPL) et est professeur au Conservatoire Royal de Musique de Liège.
- Le violoncellisteRémy Degroote entra en 1975 à l’Orchestre Philharmonique de Liège, dont il devint le violoncelle solo en 1977. Rémy Degroote a donné de nombreux concerts avec le Centre de Recherches Musicales de Wallonie et l’ensemble Philharmonietta Nova. Il est chargé de cours de musique de chambre au Conservatoire de Liège et professeur de violoncelle à l’Académie d’Amay.
- Pierre Kerremans étudia aux Conservatoires de Liège et d’Anvers, où il obtint les Diplômes Supérieurs de basson et de musique de chambre. Depuis 1984, il est basson solo de l’OPL.
Membre de plusieurs formations de musique de chambre, il est licencié en philosophie de l'Université Libre de Bruxelles et professeur de basson au Conservatoire de Bruxelles.
- Sylvain Cremers étudia le hautbois à Liège et Cologne. Lauréat du Concours Axion Classics de Dexia Banque, il a également participé aux concours internationaux de Munich (ARD) et de Bayreuth (Pacem in Terris). Il a enseigné à Libramont, Malonne et au Conservatoire de Pékin. Sylvain Cremers est professeur au Conservatoire de Mons depuis 2000 et Premier soliste de l’OPL depuis 1994.

Les trois œuvres de Haydn

- La Symphonie n° 7 « Le Midi » en do majeur date de 1761. Avec la Symphonie n° 6 « Le Matin » et la Symphonie n° 8 « Le Soir », « Le Midi » forme une trilogie encore fortement imprégnée du style baroque. Mais pourquoi ce nom ? La Symphonie « Le Midi » a été composée la première des trois, probablement en guise de « musique de table » aristocratique, et aurait donné l’idée au Prince Ersterhazy de demander une symphonie pour le midi et pour le soir. Comportant encore cinq mouvements (la symphonie « classique » reviendra à quatre), « Le Midi » met à l’honneur des instruments solistes (deux violons), un peu à la manière du concerto grosso baroque, et comporte des passages proches d’un récitatif d’opéra. Dans le même temps, les contrastes thématiques et tonaux propres à la structure classiques sont déjà très présents.
- La Symphonie concertante pour hautbois, basson, violon et violoncelle en si bémol majeur date de 1792. Au service de Nicolas Esterházy, Joseph Haydn (1732-1809) est comme coupé du monde extérieur. Il est pourtant célèbre dans l’Europe entière grâce à l’édition de ses partitions… à la mort du prince en 1790, il obtient une rente à vie et la totale liberté de répondre à des sollicitations extérieures.C’est alors qu’il se rend à Londres, où il compose notamment ses douze dernières symphonies et sa symphonie concertante (en 1791-92, puis en 1794-95). Il dirigea ses œuvres lors des concerts « Haydn-Salomon ». Comme une organisation concurrente (le « Professional Concert ») avait invité Ignaz Pleyel à composer plusieurs symphonies concertantes, Haydn en fit de même en réponse à ce « défi ».
- Enfin, la Symphonie n° 102 en si bémol majeur date de1794.Elle est l’une de celles qui annoncent Beethoven. Son mouvement lent, très visionnaire, fait appel au violoncelle solo, aux trompettes et aux timbales avec sourdines.


Informations complémentaires et réservations : pour Liège sur le site www.opl.be et par téléphone au 04.220.00.00 et pour Verviers sur le site www.ccrv.be et par téléphone au 087.39.30.30





Jean-Marie Roberti