• Visiteur(s) en ligne : 1
  • |
  • Visiteurs total : 3200122

Société

Mis en ligne le 14/11/2007

46 ans d’affiches


La Coordination régionale de Liège d’Amnesty International organise en guise de lancement de la campagne Bougies 2007, une grande exposition retraçant 46 ans d’affiches Amnesty. Cette exposition se fait en collaboration avec l’ASBL Café Le Parc, le Centre Liégeois d’Action Interculturelle et le Cinéma le Parc.

L’exposition se tiendra au « Café Le Parc » ainsi que dans la Galerie Le Parc du 15 novembre au 10 décembre 2007, 16 rue Carpay, 4020 Liège-Droixhe.

Elle présentera un panorama assez inédit d’une centaine d’affiches d’Amnesty, belges et étrangères, anciennes et récentes, toutes faisant référence aux multiples préoccupations du mouvement.
Un vernissage auquel chaque sympathisant est invité, se tiendra le 15 novembre 2007 à partir de 18h, en présence notamment de Philippe Hensmans, directeur d’Amnesty International Belgique Francophone, des membres de la Coordination Régionale de Liège et des responsables des nombreux groupes de travail locaux d’Amnesty.
- Le dimanche 9 décembre et le lundi 10 décembre, des stands d’information et de vente de bougies seront ouverts à la Galerie du Café Le Parc et dans l’entrée du cinéma Le Parc.
- Une soirée musicale sera animée, le 10 décembre au Café Le Parc par le groupe « L’air de rien », composé de 5 musiciens. Le concert débutera vers 20h30. L’entrée est libre.

- Toujours le 10 décembre, le tirage original d’une affiche (la photo), réalisée et offerte à Amnesty pour l’évènement, par le graphiste liégeois Philippe Gibbon, sera vendu au plus offrant. Une urne aura été mise à la disposition des acheteurs dans la galerie, dès le jour du vernissage pour recueillir les offres d’achat tout au long de l’exposition.

- L’urne sera ouverte, devant un huissier de justice, pendant la soirée du 10 décembre et l’affiche de Philippe Gibbon sera remise officiellement au plus offrant.

- Ouverture : tous les jours de 15h à 23h

«Au commencement était la lettre»

la lettre de protestation envoyée aux gouvernants d’un pays totalitaire.
Puis, assez vite, vint l’affiche.
Parce, s’il fallait être lu par des gouvernants indignes, il fallait aussi être vu par des citoyens pour qu’ils sachent qu’on n’allait plus laisser faire, qu’on mettrait en lumière tout acte inhumain ou dégradant, qu’on claironnerait partout et tout le temps, ce besoin irrépressible de respect de la dignité humaine…
Alors les artistes, peintres, graphistes, photographes sont entrés dans la danse.
Les pros des mots ont fait des merveilles, l’affiche humanitaire était née.
Les villes se sont remplies de ces papiers collés aux murs, sans aucun rapport ni avec les lessives ni avec les voitures, ni avec rien de vendable.
La pub a pris ses aises dans ce jardin idéal qu’est la Déclaration des Droits de l’Homme.
A nous les slogans, un peu hérités de mai 68, beaucoup inspirés par « le poids des mots, le choc des photos ».
Toutes les préoccupations d’Amnesty, la peine de mort, la torture, les exécutions extrajudiciaires, l’excision, la discrimination des homosexuels, les violences faites aux femmes, le droit des enfants, la problématique des réfugiés et en première ligne, la liberté d’opinion et l’égalité de tous, toutes ont eu leurs illustrateurs, connus ou anonymes, adultes ou enfants.
Ce recueil d’une centaine d’affiches, venant de différents pays et pleines de poésie malgré tout, vous rappellera à quel point, les atteintes aux Droits de l’Homme sont mondialisées et exportables.
Comme la carte à puce qui nous guette, la technologie nous numérise et un tyran malin s’en servira… peut-être. »