• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3185142

Politique

Mis en ligne le 26/09/2007

Au Parlement européen : la délégation PS belge s'oppose à la libéralisation des chemins de fer


Après des années de travail, le Parlement européen a adopté la proposition de directive relative au développement des chemins de fer communautaires et ce malgré l'opposition des socialistes belges francophones. Le vote du Parlement européen signifie que d'ici au 1er janvier 2012, les réseaux ferroviaires des Etats membres doivent s'ouvrir à l'utilisation par toutes les entreprises ferroviaires assurant de services internationaux de transports de passagers Elles doivent être autorisées à prendre et à laisser des passagers dans n'importe quelle gare située sur un trajet international, y compris entre deux gares situées dans un même Etat membre.

La délégation PS belge regrette qu'une majorité du parlement européen aie suivi le rapporteur dans sa marche forcée vers encore plus de libéralisation. Après avoir voté en première lecture, la libéralisation du secteur postal, l'Europe s'attaque une fois de plus au secteur public et menace l'équilibre de services de transports de passagers. La délégation PS belge craint que cette décision ne se fasse au détriment de la sécurité et de la qualité des services offerts aux passagers des chemins de fer. Elle redoute également qu'au moment où les citoyens réclament une plus grande attention des Etats membres et de l'Europe au changement climatique, les institutions européennes envoient un signal vers une restriction du transport ferroviaire. En effet, la délégation PS voit mal comment le marché ne déciderait pas de fermer des lignes qui ne seraient pas rentables favorisant ainsi le transport par route ou par air.

Enfin, la délégation PS belge s'inquiète de lire dans le projet d'accord conclu entre le Parlement et le Conseil que la Commission européenne devra évaluer le développement du marché, y compris l'état de préparation en vue de la poursuite de l'ouverture du marché ferroviaire ; en clair, un schéma de libéralisation du transport de voyageurs sur le réseau national dans un délai de 5 ans.