• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3201401

En Ville

Mis en ligne le 16/09/2007

Le discours du bourgmestre


Comme de coutume tous les troisième dimanches de septembre, le bourgmestre de la Cité ardente, commémorant le 177ème anniversaire des Evénements de 1830 et la Célébration des Fêtes de Wallonie, avait invité le « tout Liège » à l’Opéra Royal de Wallonie.
Au programme, comme les années précédentes, quelques très bons mots du « Café Liégeois » de la troupe du Théâtre Arlequin et la toujours excellente prestation, dans le « Chants des Wallons » et le « Valeureux Liégeois » de la Chorale Royale Universitaire dirigée par Patrick Wilwerth.
Le plat de résistance étant constitué par le traditionnel discours de Willy Demeyer, en fait son 8ème depuis son accession au mayorat en 1999.
«Liège, rien ne se fait comme ailleurs. En effet, peu de réceptions solennelles comme celle de ce matin font autant de place à la création, au talent et au rire. »
Après les salutations d’usage, le rappel des changements intervenus depuis les dernières élections communales et provinciales de l’an dernier, la mise en exergue des nouveaux échevins liégeois : Julie Fernande-Fernandez, Benoit Dreze, Fouad Chamas, Pierre Stassart et Jean-Pierre Hupkens, le bourgmestre évoqua la situation politique actuelle à un peu moins de 100 jours des élections législatives du 10 juin dernier.
Il dira notamment : « Les entités fédérées et le pouvoir fédéral ont également connu leur lot de bouleversements. Un remaniement important, consécutif aux élections législatives de juin dernier, a vu Rudy Demotte accéder au poste de Ministre-Président de la Région wallonne. Je tiens à l'en féliciter. Je l'ai convié à Liège pour lui présenter l'ensemble des projets que la Région et la Ville peuvent mener ensemble.

Par ailleurs, les Liégeois ont vu leurs attributions et leur nombre s'accroître dans le cadre de cette redistribution partielle des cartes.
Au-delà de la confirmation de Marie-Dominique Simonet dans ses multiples affectations ministérielles, Michel Daerden a obtenu la compétence du sport tandis que Jean-Claude Marcourt voit sa palette d'attributions croître en recevant la responsabilité du patrimoine, si importante pour Liège et sa région. En effet, 40% du patrimoine classé de Wallonie se trouve à Liège.
Enfin, je tiens à saluer l'arrivée d'un nouveau Ministre, élu dans notre Province, en la personne de Monsieur Marc Tarabella. Nul doute qu'il relèvera ce nouveau défi avec autant de brio que le maïorat d'Anthisnes.
La période post-électorale a également vu la désignation par le Roi d'un autre Liégeois, Didier Reynders, en qualité d'informateur. Celui-ci a réalisé, après avoir largement consulté, un rapport qu'il a remis au Souverain sur l'état de la société belge. Mission accomplie, il a passé le flambeau au formateur Yves Leterme qui, depuis lors, a dû se résoudre à abandonner sa tâche tant les points de vue politiques au nord et au sud du pays sont divergents. Il est impossible à l'heure actuelle de former un gouvernement fédéral.

Des dysfonctionnements politiques à résoudre

Evoquant la crise actuelle : « Les élus sont choisis par la population pour d'abord appliquer des principes de bonne gouvernance.
Il est de mon devoir, ici et aujourd'hui, d'appeler l'ensemble des responsables politiques du pays, en particulier les présidents de partis, à saisir l'ampleur de l'émoi que suscitent, au sein de la population, les propos séparatistes régulièrement proférés. De plus, notre incapacité à former un gouvernement entraîne pour notre Pays une perte de confiance sur la scène internationale. II y va de notre crédibilité à tous de remettre les vraies priorités au coeur du débat politique fédéral.
Une autre source de dysfonctionnement de nos institutions réside à mon sens dans notre calendrier électoral.
En effet, la confiance de la population repose sur un subtil équilibre entre la stabilité politique d'une part et la vitalité de l'affrontement démocratique d'autre part.
Jugez par vous-même ! Nous aurons voté trois fois - législatives de 2007, régionales de 2009, législatives de 2011 - avant le renouvellement des conseils communaux en 2012.
Cette situation est contraire à l'intérêt général, chacune et chacun étant tenté de penser au scrutin suivant au détriment de l'évolution des dossiers.
Dans le respect du fédéralisme, je plaide donc pour un réaménagement du calendrier électoral afin d'éviter cette dérive. »

Nous sommes Liégeois, Wallons, Francophones, Belges et Européens

« Nous sommes réunis pour célébrer les fêtes de Wallonie et commémorer les journées de septembre 1830. Je le redis : la partition du pays serait pour chacune et chacun - Wallon, Flamand, Bruxellois ou Germanophones - une aberration et une grande perte. En ce jour de fête, nous devons être fiers d'être Wallon.
Mais être Wallonne, être Wallon, ce n'est pas se replier sur soi ou haïr les autres.
Etre Wallon, c'est avoir des racines. Etre Wallon, c'est avoir une appartenance multiple : Liégeois, Wallon, Francophone, Belge et Européen.
Etre Wallon, c'est pratiquer les valeurs de Liberté et de Solidarité. Les mandataires de tous les partis démocratiques doivent s'en souvenir dans la gestion des villes, des communes, des CPAS, des provinces, de la Région et de la Communauté.
Etre Wallon, c'est préserver la solidarité avec la Région bruxelloise et avec les Fourons.
Les Wallons sont tolérants.

En wallon, flamand et français :

« Li Walon’rêye, et Lîdje li prumîre n’a rin disconte li Flande. Min cou k’nos volans, c’est l’respet di chaque costé ». Et je souhaite être compris de l'autre côté de la frontière linguistique : « Wallonïe, en Luik in het bijzonder, zijn geen vijanden van Vlaanderen. Maar wat we vragen, is wederzijds respect. »
La Wallonie, et Liège en particulier, n'est l'ennemie de personne. Singulièrement pas de la Flandre - et ce n'est pas Gaston Onkelink qui va me contredire. »
La Wallonie demande, la Wallonie exige, le respect comme elle respecte les autres.
Unis et solidaires, prenons notre destin en mains pour vivre un fédéralisme harmonieux.
La modernité, la connaissance, le sens de l'effort, le multilinguisme, l'ouverture à l'autre feront, à bref délai, de la Wallonie une des régions phare de l'Europe. Cette Wallonie doit s'appuyer sur ses pôles urbains.
Liège est prête à relever le défi. Pour y arriver, nous actualisons notre projet de Ville.
Mais il faut aussi être entendu par les différents gouvernements. »

Ce que Liège demande au gouvernement fédéral et wallon

« A l'Etat fédéral, je demande de nous aider dans notre combat contre le fléau de la drogue. Je demande également le maintien du financement du Plan fédéral des Grandes Villes et du Contrat de Sécurité. La Prévention, tout comme la répression, est nécessaire à la cohésion sociale.
Au Gouvernement wallon, je demande, afin d'affronter les charges du passé, la poursuite de l'aide dans le cadre du Plan Tonus.
Amis Wallons, soyez assurés que, comme l'attestent les différents rapports de nos Autorités de tutelle, chaque cent est à Liège bien utilisé et légalement.
Je demande également qu'une réponse soit formulée à notre dossier de requalification de la plaine de Droixhe. Il en va du bien-être des plus modestes d'entre nous et de la crédibilité des pouvoirs régional et communal.
Enfin, nous déposerons deux dossiers prioritaires pour leur financement par des fonds européens : les aménagements des abords de notre nouvelle gare TGV et la rénovation de notre Opéra royal.
Ces dossiers d'importance régionale recevront, je n'en doute pas, l'accueil qu'ils méritent.
Avec la Médiacité, avec le Grand Curtius et bien d'autres projets, Liège changera de visage. Liège, Ville à l'identité forte, Ville à l'accueil proverbial, contribuera ainsi à l'avenir de notre arrondissement tout entier.
Bien gouverné, le Pays de Liège prend sa part dans l'évolution positive de la Wallonie.
Nous avons rationalisé un certain nombre d'institutions. Nous veillons au bon fonctionnement des institutions publiques. Nous clarifions les procédures. »

A propos de la communauté urbaine

« La Conférence des Bourgmestres s'est réunie à trois reprises depuis l'installation des nouveaux conseils communaux. Elle devrait à terme être le berceau de la Communauté urbaine de Liège. De nombreux projets ont déjà vu le jour.
- le peloton anti-banditisme est désormais commun aux zones de police de Liège et de Seraing-Neupré. Il pourrait s'étendre à d'autres zones de police intéressées;
- le Centre culturel régional, véritable arlésienne, est sorti de terre et le dossier commun aux 8 centres culturels de l'arrondissement est à l'heure actuelle soumis à l'examen de la Communauté française ;
- le plan urbain de mobilité, conçu par les Echevins de l'urbanisme des 24 communes de l'arrondissement, vient enfin de recevoir les autorisations nécessaires : cette étude va pouvoir se réaliser et centrer ses travaux sur un nouveau mode de transport structurant, une nouvelle expression savante qui veut simplement dire le tram ;
- la candidature commune de la Province, l'Université de Liège, avec les Villes de Liège et de Seraing, a été retenue pour devenir un des deux centres francophones d'accueil des élites sportives ;
- un groupement d'intérêt économique étudie la mise en place d'un réseau d'écrans géants permettant de diffuser, sur tout le territoire de notre arrondissement, des informations utiles à l'ensemble de notre population.
Ces quelques exemples montrent qu'une Communauté urbaine de projets est née. Il est de notre responsabilité à toutes et à tous de faire grandir Liège en unissant nos forces.
Les investissements publics et l'aménagement du territoire sont essentiels pour un développement territorial liégeois harmonieux, efficace et cohérent.
Le refus, relaté par la presse, de logements sociaux dans certaines communes au motif que «l'on ne veut pas de pauvres chez soi » est tout le contraire de l'esprit de la Communauté urbaine si nécessaire à notre développement. »

Ce qui vaut pour Bruxelles vaut pour Liège

Non, Mesdames et Messieurs, la NVA ne doit pas faire des émules à Liège.
En effet, contrairement aux responsables politiques flamands, tous les francophones doivent tenir le même discours à l'égard de Bruxelles en estimant que les frontières de la Région-capitale doivent être élargies pour permettre à celle-ci de tirer profit de tout son potentiel. Je souscris entièrement au raisonnement, mais il faut être cohérent : ce qui vaut pour Bruxelles, vaut pour Liège.
Les discours du Palais de la Nation devant les caméras de télévision doivent correspondre aux actes posés au niveau local. On ne peut pas vouloir l'extension de Bruxelles et prôner le repli sur soi à Liège. Nous devons tous collaborer à un Grand Liège, comme nous devons tous vouloir un Grand Bruxelles. Les grands ensembles urbains représentent l'avenir. Julia Child a dit : « La vie est la plus belle des fêtes ! »
En ces jours heureux de réjouissances dédiés à la Wallonie, je voudrais vous inviter toutes et tous à méditer cette citation. Vive Liège, Vive la Wallonie ! ».





Gaston LECOCQ