• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3199757

Reportage

Mis en ligne le 07/09/2007

Requin taupe en promo…


La première fois qu’un j’ai vu une de ces bestioles, c’était à l’étal de la poissonnerie du magasin Harrod’s à Londres, magasin de luxe où, parait-il, mais c’était sa publicité, avant que l’espèce ne soit totalement protégée, vous pouviez même y acheter un éléphant.
Eh bien ce jeudi matin, la même bestiole, même pas plus petite, je l’ai trouvée à l’étal du rayon poissonnerie (une des meilleurs de la Ville, ce n’est pas moi qui le dit, mais tout Liège le sait et c’est vrai) du GB Blonden, où il était d’ailleurs présenté comme la promo de la semaine.
Il s’agissait d’un requin taupe pesant quelques 100 kilos, d’un peu plus de deux mètres de longs, avec une mâchoire impressionnante et récemment pêché en mer du Nord, le long des côtes britanniques.

Comme nous le dira le gérant : « C’est une fameuse bête. Il a fallu quatre personnes pour le déposer sur l’étal ».
Et effectivement, ces « dents de la mer » est assez spectaculaire et attirait pas mal de clients dubitatifs quant à la comestibilité de ce poisson de mauvaise réputation.
Et l’accorte vendeuse de répondre aux questions : « C’est un peu comme du thon. Vous pouvez le faire, grillé en fine tranche, rôti dans la poêle ou encore, selon le morceau, le cuir au four comme un roast-beef. » Le plus beau morceau de requin taupe était par ailleurs nettement moins cher que le cœur de cabillaud.

A propos de ce requin

Il s’agit ici du requin taupe commun (Lamna nasus ou encore maraîche de l’ordre des lamniformes et de la famille des lamnidés) à ne pas confondre avec le requin taupe bleue (de la même famille). On le trouve principalement dans les eaux froides en dessous de 18 °, dans l’atlantique Nord, la Mer d’Irlande, la Mer du Nord et aussi au large du Chili et de l’Australie. Mais on le retrouve un peu partout, pour autant que les eaux soient froides, soit en surface où jusqu’à environ 600 mètres et près des littoraux.
C’est un poisson très vorace (il mange tout le temps, comme beaucoup de ses congénères) et s’attaque principalement aux maquereaux, harengs, sardines, mais aussi à la morue (cabillaud) et même à d’autres requins.

Il ne s’attaque pas nécessairement à l’homme, mais on a quand même recensé quelques attaques contre les hommes que le grand poisson avait probablement pris pour d’autres poissons. Il ne doit évidemment pas faire bon de tomber dans une zone où ce poisson (qui est quand même un fameux prédateur) se trouve, si en plus ils sont en bande et s’ils sont affamés.
C’est un poisson ovovivipare (c'est-à-dire que la femelle ne pond pas ses œufs mais expulse le poisson tout formé lorsqu’il a mangé les autres œufs (cannibalisme in utero) et pèse alors près de 10 kg. Adulte, il peut vivre une trentaine d’année et mesurer jusqu’à près de 3,50 mètres pour près de 400 kilos.
Le requin taupe qui est aussi appelé « veau des mers » lorsqu’il est à l’étal d’un poissonnier (surtout en France et en Grande-Bretagne) est prisé pour sa chaire que l’on débite de différentes façons. Les «fish and chips», typiques en Grande Bretagne, sont généralement fait à base de requin taupe, mais on ne le dit que rarement.
Par ailleurs, les spécialistes estiment que sa pêche devrait être réglementée, le nombre de requins taupes ayant tendance à diminuer dangereusement.
En ce qui concerne le requin taupe liégeois, si vous souhaitez le voir, dépêchez vous, parce que samedi, ce sera son dernier jour.





Gaston LECOCQ