• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3199679

Reportage

Mis en ligne le 17/08/2007

La fin du 15 août

Hier, vous avez eu droit aux photos des festivités des 14 et 15 août, placées sous le signe des 80 ans de la République Libre d’Outremeuse (RLOM) et comme vous aurez pu vous en rendre compte, tout a été pour le mieux dans le meilleure des mondes.
Mais chez nous, le 15 août, c’est en fait le 16 que ça se termine par le traditionnel « Ètermin da Matî L’Ohè » ou en français : « L’enterrement de l’Os Matî ». Une tradition séculaire qui permet de dire au revoir aux restes d’une fête que l’on souhaite évidemment pouvoir revivre l’an prochain et pour que ce vœu soit exaucé, il faut absolument participer à ces obsèques d’un genre tout particulier. C’est que dans le cercueil qui est installé dans sa mortuaire au Musée Tchantchès, on trouve un énorme (cette année il était fameux) os de jambon avec sa bouteille de pèkèt ses carottes et ses bouquets de céleris.
Et cette année, pour les 80 ans de la RLOM, la foule recueillie, comme il se doit au début était particulièrement nombreuse.
Depuis la mortuaire jusqu’au chemin qui mène à la place de l’Yser, nous avons suivi l’enterrement procession et participé avec la foule entraînée par l’excellente formation « Los Tchantchos » de Visé, à une partie de la cérémonie. Une fois encore, le ciel a été clément car le déluge attendu et annoncé ne s’est pas déclaré. Ce qui n’empêche que, pour quelques pèkèts de trop, j’ai dû rebrousser chemin et n’ai pu assister à la sainte crémation de l’os sur la place Roture. D’ailleurs j’ai bien fait de rentrer car ma Nanèsse m’a regardé d’un drolle d’air à mon arrivée.
Alors comme hier, vous aurez droit à quelques grandes photos de cet enterrement pas comme les autres qui aurait d’ailleurs fait plaisir au grand Jacques, lui qui chantait : «J’veux qu’on rie, j’veux qu’on danse, j’veux qu’on s’amuse comme des fous, quand c’est qu’on mettra dans l’trou… ». Et fois du Tchantchès, c’était vraiment un bel enterrement.

A la buvette du Musée Tchantchès, monseigneur Florkin se prépare et une voisine endeuillée attend la levée du corps.

L’os de Matî, ses carottes, ses céleris et a sa bouteille de pèkèt dans le cercueil installé dans la mortuaire.

Plusieurs personnalités sont allées rendre un dernier hommage au défunt. On voit ici au premier plan Marielle -Frédérique Turpaud, maire de la Commune libre de Montmartre et qui en est à son troisième triennat, suivie de son époux.

Ici, c’est Georges Val le Grand Amiral de la Flotte de Montmartre et néanmoins Secrétaire Général de la Commune Libre de Montmartre, membre fondateur de la Société montmartroise de Géographie. Pour se consoler il peut se dire qu’il est à la tête de la seule flotte que l'on ne puisse pas couler, puisque elle n'existe pas!

Une autre personnalité liégeoise incognito, une des superbes et intelligentes «voices» (oui, oui, il y en a encore) de l’information liégeoise de la RTBF et qui est aussi venue se recueillir, pour la 15ème année au moins, sur la dépouille de Matî L’Ohè.

Ici, des sympathisants anonymes et combien sincères.


La sortie du cercueil, la dépouille restera tout le temps visible au public, et le départ du cortège dans les rues du quartier.

En route vers Roture, une première fois. Je ne vous mentais pas quand je disais qu’il y en avait du monde.

Petite halte pèkèt et danse improvisée sur la place Gabriel.

Trompettiste extraordinaire, le chef du groupe «Los Tchantchos» serait sûrement ovationné s’il participait à des férias comme à Séville ou à Nîmes. Quel souffle et quel sens du rythme.

Avec sa branche de céleris, c'est son premier Enterrement de Matî L'Ohè. On lui en souhaite encore beaucoup dans la joie et la bonne humeur...

Place Delcourt, après une quatrième ou cinquième halte pèkèt et danses, le cortège repart vers la place de l’Yser et l’Auberge de Jeunesse Georges Simenon. Mais là, je cale…

Le bouquet final

Et comme chaque année, après la crémation puis le bal musette sur la place Gabriel, le ciel d’Outremeuse (depuis la passerelle) s’est illuminé vers 22 h 30, d’un joyeux feu d’artifice offert par les Industriels forains en foire place de l’Yser et place de l’Est.
J’étais un peu loin et un peu tremblant pour saisir ces moments magnifiques, mais cela donne quand même quelques photos surprenantes.







Textes et photos: Gaston LECOCQ