• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3185151

Politique

Mis en ligne le 07/10/2005

Grève générale


En guise de solidarité avec tous les travailleurs et plus particulièrement avec la FGTB qui a décrété une grève générale d'une journée, ce vendredi 7 octobre, nous suspendrons l'insertion des nouvelles jusqu'à samedi matin.

Pourquoi la FGTB a-t-elle décrété un mouvement de grève générale?


Elle le dit dans le communiqué que l'on trouve sur son site Internet:

"Aujourd’hui, rien n’est couché sur le papier et nous ne savons toujours pas quelles sont exactement les intentions du gouvernement en matière de prépension et de fin de carrière.
Si le gouvernement a fait de vagues promesses verbales mardi soir, le flou le plus complet subsiste, tout comme demeurent notre perplexité et l’absence de réponses à nos nombreuses interrogations.
C’est pourquoi, nous avons décidé de maintenir la pression tout en continuant à négocier. Les textes du gouvernement ne nous seront transmis que le 8 octobre. Alors seulement, nous connaîtrons ses véritables intentions.
La FGTB agit quand c’est nécessaire et ne berce pas ses membres d’illusions
La CSC avait menacé, il y a quelques mois, de ne même pas venir à la table de négociation si certains points n’étaient pas préalablement réglés.
Elle agit aujourd’hui comme si les vagues promesses obtenues étaient des acquis et elle entend ainsi briser le mouvement de grève. Pourtant dans les médias, des membres du gouvernement se répandent en propos qui contredisent déjà ces prétendues promesses. Rien n’est donc acquis !
La FGTB fait grève pour obtenir des résultats
Nous voulons qu’un maximum de NOS propositions soient prises en compte dans les trois dossiers importants non seulement pour l’avenir des travailleurs âgés, mais aussi et surtout, pour celui des jeunes."

Notre point de vue

La grêve est toujours un constat d'échec quelque part, mais cela reste, malheureusement, lorsque l'on voudrait imposer des mesures qui nous ramèneraient des "lustres" en arrière, le seul moyens de pression des travailleurs.
Et dans le cas qui nous préoccupe, certains membres du gouvernement fédéral qui estiment sans doute que le travailleurs n'en fait pas assez, qu'il est trop bien payé pour ce qu'il fait, devrait peut-être encore travailler plus dur et plus longtemps (jusqu'à ce que mort s'en suive peut-être ?) pour pouvoir prétendre à un peu de bien-être en fin de carrière, s'il y arrive.
Il ne faut pas oublier d'une part que le système des pré-pensions, a été mis au point par le patronnat pour pouvoir dégraisser (humainement mais sans ménagement) ses entreprises et augmenter ses plus values et les dividendes à ses actionnaires. On a vu, dans le secteur de la presse notamment, comment un groupe a dégraissé ses effectifs (plus de 300 personnes en quelques années,jetées comme des citrons pressés) pour pouvoir deux ou trois ans plus tard, se permettre de racheter ses actions et aussi d'acheter d'autres journaux outre-Quiévrain.
Par ailleurs, vouloir prétendre à une fin de carrière à 60 ou 65 ans n'est-ce pas là quelque chose de légitime ?
Un retour en arrière serait en plus un sacré coup porté à une politique qui voudrait que les jeunes trouvent du travail. Soyons sérieux finalement...
Il y a d'autres pistes. Que l'on redistribue les bénéfices plantureux de certaines entreprises, que l'on vérifie sérieusement la comptabilité de certaines d'entre elles et que l'on cesse de vouloir toujours faire porter le fardeau des erreurs du passé (et il y en a eu, notamment au niveau des caisses de pension) sur les plus fragiles. Au train où on va : "Germinal" et "L'assommoir" ne sont plus très loin, et on y va tout droit. Mais sûrement pas tout le monde, comme d'habitude...





G. Lecocq