• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3199366

En Ville

Mis en ligne le 13/03/2007

Liège : criminalité encore en baisse en 2006


La semaine dernière, le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer et dans le même temps chef de la zone de police de Liège, entouré de son commissaire en chef Christian Beaupère et des commissaires Robert Rulmont, Daniel Renwa et Jean Pérignon (ici sur la photo), ont présenté les statistiques de la criminalité enregistrées au cours de l’année 2006 sur le territoire de la zone de police de Liège, celle-ci couvrant exclusivement la ville.
Le bourgmestre était évidement assez heureux d’annoncer ces résultats même ci ceux-ci sont relativement modestes. « Je me réjouis cependant que ce recul s’inscrive dans une tendance observée depuis maintenant 5 années consécutives. On recense 33.678 faits criminels, soit environ 15 % de moins qu’en 2001. »
En analysant l’étude cartographique de la criminalité globale à Liège, on constate que ces faits sont principalement concentrés dans les quartiers péris centraux et dans l’hyper centre. Ce qui fait dire au bourgmestre : « Ceci confirme que les faits criminels sont davantage liés à l’activité économique et commerciale qu’à l’habitat … » Il est évident qu’une ville ou il ne se passe jamais rien, sera nettement moins touchées par la criminalité. La foule attire la foule et aussi la foule de malfrats en tous genres. Mais notre police, comme on le verra plus bas, n’est pas en reste.

Les vols

Sur l’ensemble des crimes et délits qui ont été encodés par la police liégeoise (c’est sur base de cet encodage, plaintes et rédaction d’office de procès verbaux que les statistiques sont réalisées), les vols représentent plus de 54 % de la criminalité, même s’ils diminuent de quelques 0,2%).
Un point noir : c’est la recrudescence des vols (simples) dans les habitations (+ 10,5%) ainsi qu’une augmentation importante de vols qualifiés (avec effraction) de près de quelques 15,8 %. Pour le commissaire en chef, cette augmentation qui est pratiquement similaire dans d’autres grandes villes, serait le fait du passage de plusieurs bandes de malfrats venant des pays de l’est et qui se déplacent évidemment avec une rapidité déconcertante.
Ceci dit, dans les vols à main armée ont diminué de quelques 24,7 % tandis que les vols à la tire (pickpockets) sont en baisse de 19,5 %.

Il est aussi bon de mettre en exergues que la criminalité enregistrée dans les commerces, y compris les librairies est en baisse de quelques 16 %.
Les vols commis dans les voitures (principalement des GSM, GPS ou autres PC portables qu’on laisse à vue) et les vols de voiture sont en très légère augmentation respectivement de 0,6 et 1,6 %. Quant au « car-jacking » ce phénomène a diminué de quelques 30 %.

Des faits qui explosent

Parmi les faits qui ont orienté le tableau statistique vers une sorte de statu quo par rapport à l’an dernier, il faut signaler quelques augmentations assez spectaculaires.
Tout d’abord, les atteintes à l’intégrité physique sont en augmentation de quelques 4 %. Si les coups et blessures restent stables, les voies de faits et les violences légères sont en augmentation très nette (+73%) et les faits de rébellion (lorsque les policiers sont appelés sur des incidents où lorsqu’ils interviennent directement) sont quant à eux en hausse de 10 %. Enfin, les violences familiales (suite à la politique de tolérance zéro initiée par le Parquet de Liège) augmentent de quelques 25,2 %.
Comme le dira le bourgmestre et avec lui le commissaire en chef : «Cette tendance confirme un phénomène de société particulièrement inquiétant. Les gens deviennent de plus en plus agressifs. Notre police l’observe chaque jour. Les agressions verbales sont quotidiennes, notamment entre automobilistes… »

Des faits, qui indiquent que la police fonctionne bien

Concernant la toxicomanie, parce que les policiers ont peut-être cette année, plus que les autres, mis le fer où il le fallait, les faits enregistrés sont en augmentation de quelques 13,5 %, mais ils représentent principalement les faits d’usage (en augmentation de 84,1%) alors que les faits d’importation et trafic ainsi que ceux de vente sont respectivement en diminution de 48,4 et 20,1 %.
Par ailleurs, les faits de moeurs sont en augmentation de quelques 55 % qui s’expliquent par une augmentation des PV rédigés d’office dans le cadre de la lutte contre l’exploitation de la débauche.
Enfin, parmi les chiffres qui sont aussi en augmentation, signalons que les faits de viols augmentent de 19 %. Mais à ce sujet, il faut savoir que les enquêtes judiciaires menées à la suite de ces plaintes ont démontré que dans 80 % des cas, il n’y avait jamais eu viol, la « victime » ayant utilisé de ce stratagème pour justifier une absence ou une rentrée tardive.
Enfin il est tout aussi intéressant de savoir que notre police a, durant l’année 2006, procédé à quelques 40 arrestation concernant des affaires d’agressions ; 206 en matière de traite d’êtres humains, 81 en matière de stupéfiants (avec des saisies de 8,8 kg d’héroïne, 1,6 kg de cocaïne, 10,3 kg de haschisch, 1,9 kg d’amphétamines etc…) 26 arrestation en matière de crime, 26 pour vols à main armée, 58 pour atteinte aux biens, 17 pour pédophilie, etc…
Enfin pour ceux qui auraient des idées préconçues, tous les faits de criminalités commis sur le territoire de la Ville de Liège, il faut aussi savoir qu’ils l’on été, par 65 % de « bons Liégeois ».





Gaston LECOCQ