• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3199757

Cinéma

Mis en ligne le 06/03/2007

Le jeudi 8 mars au Churchill : Les Femmes prévoyantes Socialistes… font leur cinéma

Le 8 mars est devenu d’année en année, un jour symbolique pour une réflexion vis-à-vis des droits de la femme. A Liège, l’événement se fait au Churchill avec 12 heures de projections et de débats à l’initiative des FPS de Liège.(1)
Cette année correspond en effet, aux 80 ans d’un mouvement féminin, les Femmes Prévoyantes Socialistes. 80 ans de militantisme, de solidarité féminine en milieu ouvrier hier, en direction des femmes victimes de différentes formes de violence aujourd’hui.
Dominique Dauby secrétaire régionale des FPS ne fait certainement pas du cinéma en évoquant « l’oppression des femmes en politique et le droit à l’asile pour les femmes opprimées ».
Cette journée sera marquée par des moments forts, épinglons notamment le lancement à 18H de la campagne de solidarité FPS avec les femmes demandeuses d’asile et sans papiers. A 19H projection de quatre tranches de vie, de très beaux portraits de femmes en présence de la réalisatrice Loredana Bianconi.
Au-delà d’une animation placée sous le signe du cinéma engagé, c’est toute une démarche d’avenir qui se positionne par rapport au militantisme en milieu féminin et au sein des Femmes Prévoyantes Socialistes. Une des questions clés : « construire un monde où les femmes ont les mêmes droits, un monde où chacun ose s’exprimer, penser et agir dans une société où il veut vivre » insiste Dominique Dauby
Soulignons que « Vie Féminine » organise également ce 8 mars des débats une thématique fort proche de celle programmée par les Femmes Prévoyantes Socialistes. Là aussi se dénonce « les barbelés du centre fermé de Vottem »

Les combats d’hier avaient aussi leurs incertitudes

Les combats d’hier avaient aussi leurs incertitudes tout comme ceux d’aujourd’hui. Syndicats, Mutuelles, Partis politiques sont des acteurs d’une société en mouvement.
Plus d’un siècle « d’histoire sociale » a engrangé la démocratie et des acquis sociaux. Citons, la lutte pour le suffrage universel les première mutuelles, les Femmes Prévoyantes en créent une à Seraing en 1927,tout le travail de sensibilisation des années soixante au fameux « à travail égal, salaire égal », le combat de la génération « féministe », lié à l’interruption volontaire de grossesse des années 70… L’accueil de la « petite enfance » dans les années 80. Les ateliers « Retravailler » vis-à-vis des femmes exclues du marché de l’emploi dans les années 90.
Tout cela révèle une continuité, encore faut-il éviter un fonctionnement « machinal » et une perte de souffle et d’engagement…

Créer des Maisons des Femmes

Nous sommes au quartier des Vennes au sein de l’ASBL Nejma. Hommage indirect a un grand écrivain et homme de théâtre algérien Kateb Yacine. Le bourgmestre Willy Demeyer, son échevin de la culture Jean Pierre Hupkins et Marie Claire Lambert chef de groupe PS au conseil communal sont venus en toute amitié mais avec un soutien concret, l’aide financière de la ville sous forme de convention.
« La même démarche s’est faite dans les années 70 autour de la création des Maisons de Jeunes avec le soutien de la Communauté Française » souligne Dominique Dauby.
La « maison » Nejma existe depuis 1995. Liège en 1994 avait vu apparaître ses premiers conseillers communaux d’extrême droite…
Au départ un projet que les Femmes Prévoyantes lançaient avec un certain scepticisme militant… Il s’agissait d’ouvrir un cours de langue et de culture arabe pour enfants. A mille et une nuits de tous les intégrismes.
Fatima Shaban véritable cheville ouvrière du projet, palestinienne devenue liégeoise de cœur et conseillère communale socialiste continue à le porter mais avec un regard plus global. « Pourquoi ne pas doter chaque quartier d’une Maison des Femmes. A Nejma une centaine de femmes viennent et participent à différents ateliers. Pas seulement pour apprendre l’arabe à leurs enfants mais aussi pour construire une vie sociale. Les Maisons des Femmes seraient porteuses de la garantie du pluralisme de notre société»
L’ambiance chaleureuse de cette rencontre où une trentaine de femmes avaient tenus à assister à la conférence de presse et à préparer des « grignotages culinaires » de différentes communautés, fut soulignée par le bourgmestre qui rappela également le rôle de la ville et de la magistrature liégeoise dans la mise en place du projet « tolérance zéro » pour la violence conjugale.

Jean-Pierre Keimeul

Le programme

Au Churchill, rue du Mouton Blanc à Liège : 12 h 30. «Alimentation générale». réalisatrice Chantal Briet. France 2005 ; «Lili et le baobab». 12 h et 19 h. réalisatrice Chantal Richard France 2006 ; «J’aimer travailler» 12h05 et 19h.réalisatrice Francesca Comencini.Italie2005. Débat animé par Daniel Faulx ULg et les Femmes de la FGTB. «Gabrielle» 14h, réalisateur Patrice Chéreau. France 2005 ; «Water» 16 h et 20h30, réalisation Deepa Metah. Inde 2006 : «Le jour où je suis devenue femme» 15h 45.réalisatrice Marzieh Meshkini. Iran 2001 ; «Judou» 16h, réalisation Zhang Yimou. Chine/Japon 1990.
«La vie autrement» à 19 h, en présence de la réalisatrice Loredana Bianconi Belgique 2006 ; «Le cercle» 20 h 30 réalisateur Jafar Panahi.Iran 2000 ;

C’est gratuit mais il faut absolument réserver.
Par téléphone au 04/341.63.42 ; fax au 04/3416347 ou par courriel : fpsliege@fmssliege.be