• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3201056

Théâtre

Mis en ligne le 05/01/2007

«Le Festival de Liège»


Les réservations pour le « Festival de Liège » qui aura lieu du 19 janvier au 17 février vont bon train pour les amoureux du théâtre ou autres spectacles de scène. Pendant un mois, on pourra découvrir 17 spectacles venus de l’Iran à l’Inde, en passant par les Etats-Unis, le Brésil, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie et la France, sans oublier la Belgique. Comme son nom l’indique, ce festival se passe à Liège (Théâtre de la Place, Caserne Fonck, Manège, St Luc) mais aussi à Bruxelles, au Théâtre National…
Pour Jean-Louis Colinet, ex directeur du Théâtre de la Place, directeur du Théâtre National de Belgique et directeur du « Festival de Liège : « C’est un festival qui veut explorer les grandes questions de notre temps à travers des regards acérés. Cette édition, plus encore que les précédentes, offre des propos et des formes aiguës en ce sens. Nous nous différencions des autres festivals par cette volonté très forte d’affirmer un regard sur le monde d’aujourd’hui comme le dit notre titre “un festival qui interroge le présent…
Plus que jamais en ces temps de folies meurtrières grandissantes, d’exclusions et d’anathèmes en tous genres, de repli éperdu sur soi, de démarches identitaires barbares, il nous semble impérieux de transgresser nos propres frontières, d’aller à la rencontre de l’autre et des autres, de s’ouvrir au monde, à ses cultures, à ses langages, de croiser des regards étrangers, de nous engager dans des chemins incertains et des territoires inconnus ».


Trois créations

Ce festival qui les années précédentes a déjà attiré plus de 20.000 spectateurs, vous proposera cette année trois créations.
La première, ce sera un monologue (sans titre actuellement) créé par le Suédois Lars Noren, considéré comme un des plus grand dramaturge actuel (un ami de Colinet) pour l’actrice allemande Anne Tismer (connue par les spectateurs du Festival d’Avignon et du Théâtre National). Les 9, 10 et 11 février au Hangar Saint-Luc et du 13 au 17 février au Théâtre National à Bruxelles.

La deuxième création « Etats d’urgence » est de Thomas Ostermeier, directeur de la Schaubuhne de Berlin, qui dirigera un atelier particulier. En effet, il supervisera et dirigera le travail de quatre étudiants – metteurs en scène de l’école Ernst Buch de Berlin travaillant avec 16 jeunes acteurs professionnels ou étudiants au conservatoire de Liège. Le résultat : quatre textes parallèles parlant à la manière forte d’aujourd’hui et qui seront joués au manège de la caserne Fonck (le Manège).
Troisième création, à Liège et Bruxelles, “Bloody Niggers !”, de Jacques Delcuvellerie. On annonce une interpellation virulente sur les désordres du monde vus par les Africains, sur la colonisation et sur ce que les Africains eux-mêmes ont fait de leurs pays.

Autres spectacles pointés

Nous citerons, entre autres et dans le désordre:
- un théâtre de marionnettes sans paroles avec « R-9 » du collectif belge Detruitu,
- Le Brésil avec de la danse et la première d’ « Incarnat » de Lia Rodrigues, qui a créé son spectacle dans une favela de Rio.
- « Saadi, agence de gaieté », commedia dell’arte à l’iranienne, jouée avec succès il y a quelques mois par une troupe privée de théâtre de Téhéran au National.
- Pour l’Italie : Ascanio Celestini dans la «La Pecola Nera » (La brebis galeuse), de la poésie sur l’univers psychiatrique en Italie et Emma Dante qui jouera «Cani di bancata », des chiens qui attendent la fin d’un marché en Sicile pour manger les restes.

- On verra également, à Liège et à Bruxelles, un spectacle monté par l’acteur flamand, Josse De Pauw, « Die siel van die mier » (La vie des termites) un spectacles surtitré, ou l’histoire d’un entomologiste fasciné par l’ordre qui règne dans ce genre animal et qui en devient fou.
- Deuxième spectacle pour la comédienne Anne Tismer avec « Gutes Tun, 1,3 », (variante de « En attendant Godot », en fait un duo féminin théâtre-danse, sur le thème de l’attente. - L’Inde, (sur scènes et expos) propose, Arjun Raina, un acteur anglo indien qui a étudié Shakespeare à Londres et le Kathakali en Inde. Avec « A terrible beauty », il met en scène la rencontre, au lendemain du 11 septembre, entre une mère sans nouvelle de sa fille et d’un Indien rencontré grâce à un « call center ». On le verra aussi dans un autre registre avec de «The magic hour », où il interprète Shakespeare à la manière indienne.
- La France avec Joël Pommerat, révélation du dernier festival d’Avignon dans « Les marchands ».
- Les Russes avec « Doc. Tor », du jeune metteur en scène Vladimir Pankov.
- Retour de l’Allemagne avec «Unter Eis » monté par un jeune auteur et metteur en scène de la Volksbuhne, Falk Richter. Un théâtre poétique et fort, avec l’histoire de trois consultants dans le monde inhumain de l’entreprise et qui tombent au bord de la folie.
- Sans oublier : Montenero 53 (Théâtre musical belge), « Product » de et avec Marc Ravenhill mis en scène par Lucy Morrison (Angleterre), de la danse encore avec Scourge (Marc Bamuthi Joseph – USA), et aussi un concert de An Pierlé avec Adrian Boult….

Mais pour en savoir encore plus sur l’ensemble du programme , les horaires, les lieux , les prix etc… un seul réflexe : : www.festivaldeliege.be

Le « Jardin du Paradoxe » - Miroir sans tain

Tous les soirs, au «Manège» après les spectacles, l’équipe « D’une certaine gaieté, le Cirque d’Hiver » vous propose une animation inédite en continuité avec ce que vous aurez vu ou entendu. Il s’agit du « Jardin du Paradoxe » ou l’exercice du « Miroir sans tain », pour voir si vous avez vu de l’autre côté du miroir. Quand on connaît un peu « D’une certaine gaieté » ça risque d’être drôle, même si parfois certains débats seront sérieux. Par ailleurs, le dernier jour du « Festival de Liège », le « Cirque d’Hiver » qui fêtera ses 30 ans, vous invite aux concerts et surpises suivis d'une soirée dansante avec DJ GISELLE. Avec la présence de Bruno Dzuba.
Pour ceux qui ne sauraient pas : l’asbl « D’une certaine gaieté, le Cirque Divers » est une association d’éducation permanente. Elle est un laboratoire où s’expérimentent de nouvelles pratiques et de nouvelles formes de discours. Elle mène son action culturelle dans une perspective pluridisciplinaire qui vise l’interpénétration des publics. Elle est active dans les secteurs des arts plastiques, de l’édition et des arts de la scène. Son siège est situé rue des Mineurs, 9 -11 à Liège ; Tél : 04/222 12 46 - Fax : 04/223 21 26 info@certaine-gaite.org





Gaston LECOCQ