• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3202466

Médias

Mis en ligne le 15/12/2006

Les suites de la "fiction" sur la RTBF


Il n’y a pas si longtemps, on faisait, partout en Europe et également en Belgique, les gorges chaudes à propos des réactions suscitées dans le monde musulman, par des caricatures du prophète, publiées dans des journaux danois. Partout en Europe et en Belgique, on a crié au scandale, qu’il s’agissait d’une véritable atteinte à la liberté de la presse etc…
Au lendemain du faux-JT présenté par la RTBF (voir notre article de jeudi matin) sur la scission de la Belgique (en fait une docu-fiction préparée de longue date et dont tous les présidents de partis avaient été avertis en son temps), ces mêmes présidents de parti ont crié au scandale. Hypocrise? On râle parce qu'on leur a mis leur nez dans leur ...
Pourquoi croyez-vous qu’ils aient crié au scandale ? Parce que cette émission a suscité une sorte de panique parmi certains des quelques 350.000 téléspectateurs qui ont suivi l’émission jusque tard dans la nuit ? Ou simplement parce qu’un débat sur un sujet grave qui concerne l’avenir du pays, qui concerne tous ses citoyens avait enfin pu être mis sur la place publique. Parce qu'on a pu clairement voir et entendre, ce que voulaient réellement les facistes du Vlaams Belang et les indépendantistes non déclarés du NVA et CDNV?
Parce qu'enfin on a posé la question: que feraient les francophones si demain cela arrivait? Mais apparemment il n'y a rien de prévu côté francophone pour un tel scénario catastrophe que nous ne souhaitons évidemment pas.
On a aussi fustigé le manque de respect de la déontologie des journalistes impliqués dans cette aventure, on a dit que dorénavant ceux qui ont participé à ce gigantesque documentaire, informatif et sans langue de bois, ne seraient dorénavant plus crédible aux yeux des téléspectateurs.
Comme journaliste professionnel, je me suis posé la question de savoir si, déontologiquement un journaliste pouvait réaliser ce genre de travail. Peut-être quelques précautions auraient dû être prises pour éviter le désarroi de certains téléspectateurs, moi-même ayant été quelque peu abusé, mais pendant quelques minutes à peine, ayant rapidement compris, en zappant sur d’autres chaînes et en surfant sur le Net, qu’il s’agissait d’une fiction…Mais évidement tout le monde n’a pas ce réflexe.

La déontologie

Ceci dit, les donneurs de leçon en matière de déontologie journalistique feraient bien de balayer devant leur porte, je pourrais ici même, si j’en avais le courage, vous donner plusieurs pages de manquement à ce que je crois être la déontologie journalistique. Mais je ne suis pas un donneur de leçon comme RTL-TVI notamment, qui dans son JT presque entièrement consacré à l’émission de la RTBF, n’a fait que mettre en exergue les déclarations d’opprobre et de honte. Peu ou pas de réactions positives et surtout, pas un mot sur la déclaration du président de l’Union Wallonne des Entreprises (il ne s’agit évidemment pas de n’importe qui et qui représente quand même toutes nos entreprises wallonnes).
Ce dernier, Eric Domb, « estime que l'émission-fiction évoquant l'éclatement de la Belgique et l'indépendance de la Flandre, diffusée mercredi soir sur la RTBF, est "une initiative courageuse et opportune ».Pour lui : le fait de passer d'un scénario théorique à un scénario "grandeur nature" a permis de montrer que le scénario d'une éventuelle scission du pays n'est pas celui souhaité ni par les citoyens, ni par les entreprises. Il précise également : « L'UWE salue sur ce point l'initiative de la RTBF "qui nous place tous face à nos responsabilités » Tout en concluant : « L’avenir de la Belgique est un thème majeur. Le débat institutionnel nous concerne tous. A cet égard, la RTBF s'inscrit clairement dans sa mission de service public ». Et toc…C’est déontologique de n’avoir pas répercuté cet avis pourtant très intéressant ?
Nous nous arrêterons là pour ce soir en soulignant le courage de l’administrateur délégué et éditeur responsable de la RTB Jean-Paul Philippot, qui, malgré la tempête institutionnelle faisant rage, après avoir présenté ses excuses auprès des auditeurs qui auraient été émotionnellement choqués et touché par l’émission, a tenu à répéter qu’il soutenait entièrement son personnel journalistique ; Chapeau aussi à Yves Thiran, le directeur de l’information pour sa position concernant notamment la «déontologie» qui, selon lui, n’est pas vraiment une science exacte.

Des milliers de félicitation pour le travail de la RTBF

De notre côté, tout au long de cette journée, nous avons surfé sur tous les sites Internet traitant de cette «affaire» et c’est probablement celui du Soir qui mérite d’être souligné. On y trouve tous les points de vue, et sans passion extrême.
Et quand on lit le forum ouvert à ce sujet qui a recensé quelques milliers d’avis d’internautes, nous sommes confortés dans l’analyse que nous faisions déjà jeudi matin. Une très grande majorité des lecteurs du Soir, n’est nullement outrée par ce « docu-fiction » et applaudi à l’initiative de la RTBF.
Nous terminerons en vous signalant qu’un site Internet présente une pétition en faveur de l’initiative de la RTBF et pour soutenir l’action des journalistes qui y ont participé, une pétition qui sera envoyée au ministère de l’Audio-visuel à la Communauté française de Belgique.
Si vous êtes du même avis, comme nous, vous pouvez vous y rendre et signer la pétition sur www.petitiononline.com/rtbf1312

A l’heure où nous écrivions ces lignes, quelques 4650 citoyennes et citoyens avaient déjà signé.





Gaston LECOCQ