• Visiteur(s) en ligne : 6
  • |
  • Visiteurs total : 3173001

Théâtre

Mis en ligne le 30/11/2006

Vu pour vous à l’Etuve : Tronches de vie


Trois femmes, un piano, un accordéon, une trompette. Trois comédiennes qui vous interprètent à leur façon et avec leur faconde un répertoire de chansons qui vous prend au ventre aussi bien par le rire que par l’émotion.
Trois seules représentations, trois fois hélas et à ne surtout pas manquer ce vendredi et ce samedi au Théâtre Royal de l’Etuve.
D’adorables emmerdeuses…
Elles sont irrésistibles. Elles ce sont Starlette Schmitz, Caroline Leboutte , Marie Sophie Talbot. La mise en scène est de Pascale Vyvere, la scénographie de Nathalie Maufroy.
Ce sont trois emmerdeuses en scène, un côté « desesparate » à la française, un défoulement programmé au service d’une interprétation impeccable.
Caroline plutôt style grande perche coquine, est une comédienne qui sait aussi s’investir dans le théâtre pour enfant et manie une complicité d’humour avec Claude Semal.
Scarlett Schmitz, est peut être plus irrationnelle encore et vous a un petit côté Amélie Nothomb qui aurait muri. Pas étonnant si cette comédienne liégeoise aime interpréter Ionesco.
Marie Sophie Talbot, licenciée en musicologie de l’Université catholique de Louvain c’est la plus dangereuse, méfiez vous de son côté pianiste sérieuse. Elle ne fait pas de l’impro par hasard
Un spectacle sans temps mort,22 chansons qui retrouvent aussi et c’est génial leur côté texte. Prévert, Higelin, Ferré, Nougaro, Claude Semal, Brel, les Frères Jacques nous communiquent une véritable tranche de vie.

Quand l’Etuve termine l’année avec « Un Grand rire sauvage »


Avant son spectacle de fin d’année (voir ci-dessous,) l’Etuve vous propose une reprise (à ne pas rater si vous êtes un peu déprimé) de «Le fou de contrebassan» (que nous avons vu et adoré notamment lors du dernier Vacances Théâtre de Stavelot). Ce sera les jeudi 7,vendredi 8 et samedi 9 décembre.

Et aussi : «Les sans-attaches» d’Alan Rosset ( nous l’avons vu et apprécié aussi le mois dernier et c’est aussi à ne pas rater) avec Jacqueline Meunier, Daniel Hakier et Karin Giuliani Ils nous reviennent du 13 au 23 décembre.

Enfin, pour clôturer 2006, et notamment pour sa soirée de la Saint-Sylvestre (réveillon du 31 décembre dès 21h), l’Etuve vous a mitonné un super événement avec «Un grand rire sauvage (Laughing wild ) De Christopher Durang
Adaptation française JM Delhausse – Création en langue française
Mise en scène et interprétation : Muriel Clairembourg et Jean-Marc Delhausse

Un grand rire sauvage – une comédie féroce où deux joyeux déboussolés s’adressent tour à tour au public.

-Elle : dérangée, bavarde, bouillonnant de violence, s’élève avec verve contre les petites injustices de la vie dans des explosions de rage salvatrices. Dans son monologue qui ouvre la pièce, elle nous raconte sa frustration quand, au supermarché, elle n’a pas pu atteindre les boîtes de thon parce qu’un stupide individu restait planté devant sans sentir qu’elle avait besoin d’y accéder ; elle finira par lui flanquer un grand coup sur la tête… Elle nous raconte aussi ses déboires avec un chauffeur de taxi, un musicien de rue, la télévision, Andy Warhol, Mère Thérésa… Ses paradoxes sont les nôtres : l’envie de contacts humains et les pulsions hostiles sont en chacun de nous. Non ?
-Lui : perdu, raisonnant, rongé par l’angoisse, se lamente sur les hypocrisies et les cruautés du monde. Son monologue, apparemment plus tranquille, se présente comme un exposé : il tente de nous initier aux bienfaits de la pensée positive, mais ne maîtrise par encore très bien cette théorie, il s’égare dans des digressions négatives sur l’état de la planète, la religion, la sexualité. Comment faire face à la folie du monde quand, au cinéma, on n’est même pas capable de demander sereinement aux gens de se taire pendant le film. Il est effrayé par l’hostilité du monde : l’autre jour, figurez-vous qu’une femme l’a assommé devant le rayon des boîtes de thon au supermarché !
- A deux : Après ces deux monologues déchaînés, les deux personnages se retrouvent dans des rêves communs où ils déclinent la scène du supermarché avant de se retrouver dans un improbable talk-show dont l’invité est… le Petit Jésus de Prague. La suite sur scène…

Un «Grand rire sauvage» sera également à l’affiche de l’Etuve du 11 au 20 janvier les jeudis, vendredis et samedis à 20h30

Théâtre Royal de l’Etuve. Rue de l’Etuve, 12 à Liège - Réservations. 04.222.06.96. Courriel info@theatre-etuve.be Site Internet : www.theatre-etuve.be





Jean-Pierre KEIMEUL et Gaston LECOCQ