• Visiteur(s) en ligne : 11
  • |
  • Visiteurs total : 3172275

Tchantchès et Nanèsse

Mis en ligne le 14/10/2006

Discussion après les élections


Nanèsse : Et alors Tchantchès, qu’esse que tu penses des élections ?
Tchantchès : Je n’en suis pas encore revenu…
- Ça je le sais bien, voilà une semaine que tu te traînes avec ta jambe folle…et ne me fais pas croire que c’était un accident ?
- Mais enfin Nanèsse, je ne m’appelle pas Michel sais-tu moi !!!
- Mais enfin Tchantchès, ne me dit pas que, avant que ne tu tombes dans les escaliers de la Violette, que tu n’avais pas déjà un peu fêté la victoire de noss Willy !
- Mais je t’assure Nanèsse, à ce moment là, je n’avais encore rien bu, d’ailleurs, je vais te dire, ce soir là, je n’ai pas bu grand-chose, parce que je voulais entendre les réactions de tout le monde.
- Pour des réactions, il y en a eu ce soir là.
- Surtout après le show de Michel Daerden et de son fils.
- Je n’aurais pas voulu être à la place du fils, comme il avait l’air gêné à la télévision.
- Ça tu peux le dire. Et je crois bien que tous les socialisses ont été gênés de voir Michel dans un état pareil.
- Dis Tchantchès, c’est toi qui dis une chose pareille. Tu ne t’es jamais vu quand tu avais un verre dans le nez.
- Oui, mais moi, c’est différent, ce n’est jamais en public et en plus ce n’est pas devant des centaines de milliers de gens.
- Oui, c’est vrèye, tu as raison. Quand tu as bu un ou deux pèkèts de trop, c’est toujours pour ma pomme…
- Oui, mais reconnaît que quand ça arrive, tu rigoles, d’ailleurs, quand je suis un peu trop…j’ai toujours envie de rigoler. Mais pour en revenir à Michou…là vraiment c’est trop.
- Mais enfin, il fêtait déjà sa victoire. C’est qu’il a fait un fameux score à lui tout seul !
- Mais non, sa victoire, il la fêtait déjà le jour avant.
- Comment ça ?
- Bin oui, si tu l’avais vu samedi soir à la soirée de Michel Faway pour les « Resto du Cœur ». C’est à croire qu’il a continué sur sa lancée.
- Tu crois ?
- C’est bien possible avec lui. Mais ce qui ne fait vraiment mal dans toute cette affaire, ce sont les Ansoises et les Ansois qui ont voté pour lui, parce qu’il leur avait demandé de garder la majorité absolue.
- Mais il l’a toujours.
- Ah ça oui, et confortablement encore. Mais rappelle-toi dimanche soir, il a annoncé devant tout le pays qu’il avait signé un accord avec le MR et qu’il y aurait un échevin MR à Ans. Tu imagines les Ansoises et les Ansois qui n’étaient au courant de rien. C’est pas étonnant qu’il y ait eu de la bagarre dans les jours suivants. Franchement, je ne sais pas ce qu’il lui a pris.
- Mais dis Tchantchès, esse qu’il n’a pas dit qu’il respectait ainsi le souhait du président Di Rupo de s’ouvrir.
- Moi, je crois surtout qu’il a voulu faire un fameux pied de nez à son président qui ne doit pas vraiment être heureux d’avoir un zouave pareil dans ses troupes, ni de ses résultas à Mons.
- Oui, mais c’est quand même moins grave d’avoir un pochtron qu’un ripou dans ses troupes, et en plus quand c’est un pochtron avec une intelligence hors norme. Et en plus, le budget de la Région wallonne ne doit pas trouver plus d’un milliard d’euros pour être en équilibre avec Michou…
- Je ne sais pas Nanèsse, je ne sais pas. Dans tous les cas, celui qui a bien ri dans toute cette affaire, c’est le petit Didier, celui qui se voyait déjà bourgmestre de Liège.
- Fallait quand même bien quelque chose pour le consoler, non ? Et puis je vais te dire, d’ici les prochaines élections, Michou aura sûrement trouvé un moyen de se faire oublier et de refaire des voix. C’est pas comme Didier, parce qu’avec son affaire de budget, ses bâtiments à vendre, etc… je ne sais pas comment il va s’en tirer d’ici juin prochain ? Sauf s’il compte sur les Ecolos pour le sortir de là… Comme ce sont ses copains maintenant.
- Enfin, le principal c’est que noss Willy est encore là pour 6 ans. Sur ce, je m’en vais boire un pèkèt à sa santé.
- Un pèkèt Tchantchès, un pèkèt, pas la bouteille !
- Mais enfin, je ne m’appelle pas Michel, je te l’ai déjà dit.
- Fait attention aux escaliers, ne rate pas la dernière marche…

A l'saminne turtos