• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3171669

Reportage

Mis en ligne le 09/10/2006

EXCLUSIF : Willy Demeyer a failli renoncer


Samedi soir, Michel Faway, secrétaire général du CPAS de Liège et président de la Confrérie « Les Discipes Da Charlemagne » (une confrérie à but caritatif et de défense de notre bonne bière de Jupille) avait organisé à Wandre, une grande soirée souper-dansant, au profit du « Resto du Cœur » de Liège. « Ce n’est pas par hasard que j’ai choisi cette date », devait-il nous confier… » Et effectivement la salle Century était bondée, non seulement de sympathisants et membres bénévoles de la confréries qui ne savaient plus où donner de la tête, mais aussi de nombreux candidats (socialistes pour la plupart) aux élections communales et provinciales du lendemain, dimanche 8 octobre.
C’est ainsi qu’au cours de la soirée, discutant du déroulement et de la fin de la campagne avec quelques militants et candidats socialistes de Liège, nous apprenions que Willy Demeyer, le candidat bourgmestre avait bien failli jeter le gant.
Dimanche soir, alors que les résultats tardaient à sortir des machines électroniques, nous apprenions que Willy Demeyer avait été réélu, mais qu’en outre à ce moment il avait quelques 14000 voix de préférence (contre 12000 en 2000) et que le PS gagnait 1 ou 2 sièges en plus.
Alors qu’il s’apprêtait à se livrer, sur le plateau de RTC, puis de la RTBF au traditionnel point télévisé, nous lui avons demandé si ce qu’on nous avait dit la veille était exact.
«Oui c’est vrai…» Nous dira-t-il «Il y a 6 mois, je n’avais vraiment plus envie de me présenter à la tête de la ville… J’ai eu aussi ce même sentiment et cette envie de tout lâcher juste au moment de signer les documents qui confirmaient ma candidature aux élections. En cause quelques petits problèmes judiciaires. Et puis, il y a deux semaines, là, c’est à cause de l’image que certains ont donné de Liège et de l’équipe, et notamment la RTBF, que j’ai voulu tout lâcher…»
Et pourquoi quand même finalement cette volonté de poursuivre : « Je ne voulais pas décevoir toutes celles et ceux qui m’ont fait et me faisaient confiance. Et puis, je ne voulais pas que Didier Reynders devienne bourgmestre. Car si je m’étais retiré, je pense bien que ce qui se serait produit. C’est aussi surtout pour ça que j’ai voulu aller jusqu’au bout. »
Et il a eu raison Willy Demeyer. En effet, contrairement aux Cassandre qui prédisaient une chute du PS à Liège, ce dernier fait (maintenant on en est sûr ce lundi à 0h30) 1 siège de plus au Conseil communal, mais en outre Willy Demeyer fait un score personnel de 18.990 voix de préférence se situant même à la tête du hit-parade des voix de préférence en Région wallonne. Toutes nos félicitations Willy. Et c’est vrai finalement que bon nombre de Liégeoises et Liégeois auraient été très déçu si tu t’étais retiré de la course.
Comme nous l’avons écrit à plusieurs reprise, les coup ont volé très bas au niveau de la campagne MR dont le chef de file s’est souvent montré arrogant, agressif, populiste et a sûrement ratissé pas mal de voix qui sans lui se seraient sûrement reportées sur l’extrême droite. C’était peut-être le but de son combat, à la Sarkozy.
Mais apparemment, à Liège, les Liégeoises et les Liégeois n’aiment pas trop ces procédés. Ils préfèrent reconduire un bourgmestre sortant qui a quand même réussi (avec une équipe de gens honnêtes) à faire de Liège autre chose qu’elle n’était il y a 6 ans. Et puis, Willy n’est ni agressif, ni arrogant, ni populiste. Il a donné aux Liégeoises et aux Liégeois l’image d’un honnête père de famille qui a géré la ville comme on se doit gérer une ville et ce n’est pas facile. Encore merci et bonne continuation pour les 6 ans à venir.

Gaston LECOCQ

Ci-desous: le hit-parade des voix de préférence en Région wallonne







Gaston LECOCQ