• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3202599

Culture

Mis en ligne le 16/09/2006

«Prix du Mérite Wallon» et Gala wallon


Comme chaque année, à pareille époque, le service « Culture » de la Province organise, dans la salle du Pavillon de Flore (Théâtre du Trianon) à quelques pas du Musée Tchantchès rue Surlet, son «Gala Wallon », à l’issue duquel est remis le « Prix du Mérite Wallon » à celles ou ceux qui ont fait le plus pour défendre notre langue séculaire.
Cette année, ce titre est revenu à la « Société de Langue et de Littérature wallonnes » qui fêtait cette année le 150ème anniversaire de sa création. Une société qui, pendant un siècle et demi a porté très haut notre littérature wallonne.
C’est en récompense pour ce travail difficile et fastidieux que le député Paul-Emile Mottard en charge de la Culture, a remis, au président de la Société de Langue et Littérature wallonnes, nontre ancien confrère Guy Fontaine, le « Prix du Mérite Wallon 2006 ». (La photo)
Jeudi soir, à l’issue d’un spectacle composé de très nombreux extraits de pièces en Wallon, devant une salle noire de monde, et avant de remettre le prix, Paul-Emile Mottard nous a livré un petit discours en wallon qui vaut son pesant d’or.
Nous vous le livrons intégralement. Et pour ceux qui ne comprennent pas la langue de Tchantchès et Nanèsse, vous trouverez la traduction en dessous.

Discours de Paul-Emile Mottard en wallon

Mèsdames mècheûs, divins vos tites èt quålités, mès binamêyès djins.

Li Tchant dès Walons nos djåze di cès « omes sincieûs qu’anoblihèt leû nom ». Po çou qu’èst d’èsse sincieûs, nos vola sûr avou l’ pus bê rapoûlèdje d’omes – èt d’ feûmes – qu’on pôye trover ; dès djins qui n’ont qu’ine îdèye : anobli li lingadje qu’i volèt disfinde.
C’èst bin çou qui fêt l’arôyemint dèl Sôcièté d’ Langue èt d’ Litératûre walones : on walon di quålité. Et çoula fêt cint-èt cinquante ans qu’ ça deûre. Dji vôreû dîre qui c’èst bin la ine tchûze qui dj’a fêt meune dispôye todi : préhî li quålité divant tot. Mins, po çou qu’èst dèl fé cint-èt cinquante ans …
C’èst qu’ l’ovrèdje d’on dèputé permanent ni s’ mèzeûre qui so quéquès-annêyes. Inte deûs-élècsions. Et vo lès la qui bètchèt. Insi, c’èst sûr li dièrin côp qu’ dj’a l’ocåsion di v’ djåzer, dè mons sol trévint di çou qu’on lome ine législature. N’åyez’ nole sogne, dji n’ vis va nin fé chal on mèting’, nèni, djusse vis dîre deûs’ treûs sôrts qui m’ tinèt-st-a coûr.
Dji l’avowe tot fî dreût : dji so curieûs. Curieûs d’ tot, di çou qu’on lome « li cultûre ». C’èst po çoula qu’ dj’a todi volou èsse la – ossu – po lès sîzes èt lès spèctåkes walons. Dji n’ vis catche nin qui c’è-st-on monde qui dj’a d’hovrou, on monde ritche, vigreûs, on monde qui dj’a préhi.
C’èst po çoula qu’ dji so bin binåhe d’èsse chal, ine fèye di pus’, avou vos-ôtes èt di v’ poleûr dîre : dji so-st-a vos costés. Li Province ossu, å rés. N’èst-ce nin lèye, li Province, qu’aspale li pus sovint li tèyåte walon (po n’ nin dîre qui c’èst cåsi lèye tote seûle).
Li tèyåte walon a sès-évén’mints, sès grands moumints. Et l’ Gala dèl Province ènnè sûr onk dès pus-importants. C’èst po çoula qu’ nos l’avans volou mète divins lès fièsses dèl Walon’rèye. N’èsteût-ce nin ossu l’ocåsion dè mète a l’oneûr cisse sôrt d’académîye la qui n’ dit nin s’ no, qu’ on n’ôt nin sovint djåzer d’ lèye pace qui sès minmbes ni sayèt nin – pardonez-m’ dèl dîre insi – sès mimbes ni sayèt nin d’ fé dès mohes a deûs cous, seûl’mint, come dj’èl dihéve, disfinde – divins dès publicåsions, des rapoûlèdjes – on lingadje di quålité èt dès scriyèdjes qu’ènnè valèt lès ponnes.
On siéke èt d’ mèye, ça compte ! Mins nosse sintumint, oûy, ci n’èst nin dè sofler lès tchandèles d’on wastê mins bin dè dîre hôt-èt clér qui c’èst d’ çoula qui l’ walon a dandjî : lèyî la lès « tot l’ minme qwè », nin qwèri çou qui s’ pout vinde ou qui rapwète, mins fé hôt avou rigeûr èt quålité.
Po tot çoula, mèrci al Sôcièté d’ Langue et de Litératûre walones. Li Pri dè Mèrite walon lî r’vint come on dreût ! Et pôr, ni bahîz nin lès brès’, li walon a dandjî d’ vos-ôtes.

Traduction française

Mesdames, Messieurs, en vos titres et qualités, Mes chers amis,
Le Chant des Wallons nous parle de ces hommes intelligents et laborieux qui ennoblissent leur nom. Pour ce qui est d’être intelligents et laborieux, nous voilà certainement devant le plus beau rassemblement d’hommes – et de femmes – qu’on puisse trouver : des gens qui n’ont qu’une idée : ennoblir la langue qu’ils veulent défendre.
C’est bien là l’idée maîtresse qui conduit la Société de Langue et de Littérature wallonnes : un wallon de qualité. Et cela fait 150 ans que ça dure. Je voudrais dire que c’est bien là un choix que j’ai fait mien depuis toujours : préférer la qualité avant tout. Mais pour ce qui est de le faire durant 150 ans …
C’est que le travail d’un député permanent ne se mesure qu’en quelques années. Entre deux élections. Et les voilà qui approchent. Ainsi, c’est certainement la dernière fois que j’ai l’occasion de vous parler, du moins dans le courant de cette législature. Ne craignez rien, je ne vais pas vous faire ici un discours électoral, non, seulement vous dire deux trois choses qui me tiennent à cœur.
Je l’avoue tout de suite : je suis curieux. Curieux de tout en matière de culture. C’est pour cela que j’ai toujours voulu être là – aussi – pour les soirées et les spectacles wallons. Je ne vous cache pas que c’est un monde que j’ai découvert, un monde riche, vivant, un monde que j’ai apprécié.
C’est pour cela que je suis heureux d’être ici, une fois encore, avec vous et de pouvoir vous dire : je suis à vos côtés. La Province aussi du reste. N’est-ce pas elle, la Province, qui aide le plus souvent le théâtre wallon (pour ne pas dire qu’elle est presque la seule).
Le théâtre wallon a ses événements, ses grands moments. Et le Gala de la Province en est certes un des plus importants. C’est pour cela que nous avons voulu l’inscrire dans les Fêtes de Wallonie. N’était-ce pas aussi l’occasion de mettre à l’honneur cette sorte d’académie qui ne dit pas son nom, dont on n’entend pas souvent parler perce que ses membres n’essaient pas – pardonnez-moi de le dire ainsi – ses membres ne cherchent pas « à faire des mouches à deux culs » (à faire de l’esbroufe – l’expression n’est pas vulgaire en wallon). Seulement, comme je le disais, défendre – par des publications, des réunions – un langage de qualité et des écrits qui en valent la peine.
Un siècle et demi, ça compte ! Mais notre sentiment, aujourd’hui, n’est pas de souffler les chandelles d’un gâteau mais bien de dire clairement que c’est bien de cela que le wallon a besoin : abandonner les « n’importe quoi », ne pas chercher ce qui se vend ou ce qui rapporte, mais mettre en avant la rigueur et la qualité.
Pour tout cela, merci à la Société de Langue et de Littérature wallonnes. Le prix du mérite wallon lui revient comme de droit. Et surtout, ne baissez pas les bras, le wallon a besoin de vous.





Ga. L.