• Visiteur(s) en ligne : 7
  • |
  • Visiteurs total : 3201529

Tchantchès et Nanèsse

Mis en ligne le 09/09/2006

Ils ont eu Jacques Marneffe


Tchantchès : C’est quand même un drolle de métier sais-tu ?
Nanèsse : Quoi donc ? Quel métier Tchantchès ?
- Bin, le métier de délateur !
- Tu en connais toi des délateurs ?
- C’est que, ils sont souvent anonymes, mais pas toujours.
- Mais pourquoi esse que tu parles de ça aujourd’hui ?
- Bin, à cause de l’affaire Marneffe !
- L’affaire Marneffe ? C’est quoi ça ?
- Bin enfin Nanèsse, l’échevin cdH, Jacques Marneffe, celui qui s’occupe des Affaires sociales à Liège.
- Oui et alors, qu’est-ce qu’il a affaire avec les délateurs ?
- C’est qu’on vient d’annoncer qu’il démissionnait de son poste d’échevin !
- Pourquoi, à cause de délateurs ?
- Bin oui, apparemment, c’est comme ça que ça a commencé !
- Raconte un peu !
- Figure-toi que juste avant la fin des vacances, le conseiller communal Ecolo Alain Leens a lancé une véritable campagne de presse (si, si, je sais ce que je dis) contre Jacques Marneffe. Alain Leens utilisait des accusations qu’un spécialiste de la communication avait transmis aux dirigeants du cdH…c’est compliqué mais c’est comme ça ! Ce dernier, qui est aussi patron d’une société de communication (c’est la meilleure) accusait Jacques Marneffe d’utiliser les services de son cabinet d’échevin (fax, téléphone, etc…et aussi son personnel) pour le compte de la petite SPRL de vin dont il s’occupe depuis des années. On appelle ça des « confusions d’intérêt. Et c’est vrai qu’à Liège, tout le monde sait que Jacques Marneffe est un grand amateur de vins et qu’il avait mis sur pied une petite société pour que tout se fasse dans les règles…au vu et au su de tout le monde, même de ses amis et ennemis politique. Tout le monde savait ça (même le MR et les Ecolos) depuis des années et des rasannées…
- Ah oui, et où est le problème ?
- Bin Nanèsse, on ne peut pas utiliser les services de la Ville pour son propre compte ?
- Et c’est vrai tout ça ?
- Pour le savoir, le Collège échevinal, à la demande de l’échevin Marneffe, a demandé au secrétaire communal d’ouvrir une enquête administrative auprès du personnel communal travaillant pour l’échevinat de Jacques Marneffe. Pour savoir si c’était vrai, puisque les dénonciations venaient de là ?
- Et alors ?
- Pour Jacques Marneffe, qui dans un premier temps a décidé d’attaquer en justice, tous ceux qui l’accusent injustement, a retiré son nom de la liste cdH pour les élections du 8 octobre, où il figurait à l’avant dernière place. Parce que, avait-il dit, cette affaire n’est pas propice à mener la campagne sereinement.
- Donc si je comprends bien, il nie tout ce qu’on lui reproche ?
- Tout à fait. Pour lui, ce ne sont que des bobards ! Mais apparemment cette histoire est en train de faire des dégâts !
- Ah Bon !
- Bin oui, ce vendredi on a appris que Jacques Marneffe avait décidé de démissionner de son poste d’échevin et que la Ville avait transmis son dossier au parquet.
- Et alors, ce ne serait pas la première fois qu’un échevin démissionne ! Et qu’un dossier soit transmis à un parquet.
- Mais enfin Nanèsse, comprends bien, si Jacques Marneffe démissionne maintenant parce que, comme il l’a dit : « C’est par souci de respecter le code de déontologie du cdH et aussi parce que je suis dans l'impossibilité de poursuivre mes fonctions dans le climat délétère actuel », d’autres vont dire tout de suite que s’il démissionne, c’est parce qu’il est coupable.
- Et toi, tu le crois coupable ?
- Je n’en sais rien. Et tant qu’il n’y a pas de preuves concrètes, qu’il n’y a pas de jugement rendu, je ne peux pas accuser Jacques Marneffe de quoi que ce soit. Ce n’est pas que j’aie une sympathie particulière pour le personnage d’autant que je considère qu’il a des idées un peu trop à droite à mon goût, surtout dans un parti qui se dit centriste. Tout comme d’ailleurs J-P Grafé qui, il faut le rappeler, faisait partie du Cépic, l’aile ultra conservatrice de l’ancien PSC dans les années 80… Mais ça c’est le côté politique de la chose. Et je crois qu’on ne peut pas les mélanger…
- Apparemment tout le monde ne pense pas comme toi !
- Bin évidemment, en campagne électorale communale, tous les coups, même les plus bas, sont permis. Et il y en a qui ne s'en prive pas, puisqu'il n'ont pas de vrais arguments de gestion à opposer...Et c’est bien ça qui me désole. D’autant que ce samedi, le beau Didier en a remis une couche en demandant une réunion du Conseil communal pour connaître le fin fond de l’affaire et demandant aussi que, si l’échevin a utilisé du personnel communal pour son commerce, la Ville dépose plainte contre lui et se porte partie civile. Et évidemment il veut que ça se fasse avant les élections communales.
- Bon j’ai maintenant compris pourquoi tu parlais du métier de délateur ?
- Evidement, pas besoin de faire un dessin et de savoir à qui ça risque de profiter ?
- Dans tous les cas, je vais te dire, même si Marneffe a fait quoi que ce soit d’illégal (il n'a quand même tué personne, ni volé, ni mit la gestion de la Ville en péril et il a même fait du bon travail pour les seniors), ce n’est pas demain que je voterais pour des partis qui utilisent des délateurs juste quelques semaines avant les élections, pour retirer les marrons du feu...
- Moi non plus sais-tu Nanèsse, je ne voterai par pour ceux-là, parce que demain, s’ils arrivaient au pouvoir, des délateurs, il y en aurait encore plus, à tous les coins de rue, comme en 40…


Al'saminne turtos