• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3172055

Société

Mis en ligne le 09/09/2005

L’Union des Villes et Communes de Wallonie s’interroge à propos de l’OPA de Suez sur Electrabel

Quelles perspectives pour l’ancrage communal dans le secteur de l’énergie?

Les communes belges sont amenées à prendre position dans le cadre de l’offre publique d’achat de Suez sur les titres Electrabel.
En effet, les communes belges détiennent 4,65 % des actions d’Electrabel, ce qui est estimé à 1 milliard d’euros (2,8 % pour les communes flamandes, 1,4 % pour les communes wallonnes et 0,45 % pour les communes bruxelloises).
Ce portefeuille de participations est géré via les intercommunales de financement du secteur de l’énergie.
Il est admis que les communes des différentes régions du pays devraient adopter une position concertée sur la question; ladite concertation est actuellement menée au sein d’Intermixt, la fédération des intercommunales mixtes d’énergie.
Réuni le mercredi 7 septembre 2005, le Conseil d’administration de l’Union des Villes et Communes de Wallonie a pris connaissance de ce dossier complexe et s’est penché sur les conséquences possibles de cette reprise d’Electrabel par Suez, sur les communes wallonnes et leur positionnement dans le secteur de l’énergie.
Plusieurs questions ont été soulevées et diverses pistes, explorées.
1 ère option: Refuser l'OPA et conserver la participation dans Electrabel
 Les communes courent alors un risque: celui de voir l'action Electrabel retirée de cotation boursière au terme d'une OPA par ailleurs réussie.
2 e option: Vendre les Electrabel et prendre la recette
Dans le cadre de cette hypothèse, le Conseil d'administration de l’Union des Villes et Communes de Wallonie demande une concertation avec le Gouvernement wallon quant aux options envisagées sur les affectations de cette recette importante pour les communes.
La négociation sur la réaffectation devra permettre de dégager des solutions qui tiennent compte à la fois d’une gestion prudente et éclairée des deniers publics et des besoins communaux en investissements (création de logements, assainissement des friches industrielles, économies d'énergie, constitution de fonds de pensions, …).
3 e option: Echanger les Electrabel contre des Suez
Les communes sont alors actionnaires d'un groupe qui opère dans le secteur de l'énergie, mais aussi dans les secteurs de l'eau et des déchets.
Un autre scénario est également envisageable, par combinaison des précédents avec une intervention du Holding communal aux côtés des communes.
Le Holding communal, dont les actionnaires sont les communes belges, est partenaire des communes dans le secteur de l'énergie. En effet, le Holding communal détient une part importante de la participation des pouvoirs locaux dans ELIA, le gestionnaire du réseau belge de transport d'énergie.
Dans le cadre de l'OPA de Suez sur Electrabel, le Holding communal pourrait être un partenaire financier voire stratégique des communes et des autres acteurs locaux qui opèrent dans le secteur.
D’une manière générale, le Conseil d’administration de l'Union des Villes et Communes de Wallonie demande à Intermixt qu’il informe le plus complètement et rapidement possible les communes sur les différents aspects de cet important dossier afin que les conseils communaux puissent décider en toute connaissance de cause.
Site Internet: www.uvcw.be