• Visiteur(s) en ligne : 10
  • |
  • Visiteurs total : 3173842

Expositions

Mis en ligne le 20/07/2006

L’atelier d’Emmanuelle présente : Valentina, une rêveuse en bord de Meuse

Emmanuelle Gialone reste ouverte en juillet. L’occasion de prendre la fraicheur d’une exposition prolongée d’une jeune artiste italienne programmée dans la « Passegiata d’Arte », promenade d’art que soutien depuis deux ans le consulat général d’Italie et son sémillant représentant, Marco Riccardo Rusconi.
Les toiles de Valentina Volpone, une partie du moins, sont restées aux cimaises. En sa compagnie d’autres artistes exposés antérieurement par Emmanuelle Gialone et non des moindres, car nous retrouvons Li Yi et Louisa Burnett Hall dont Proxi Liège se fit l’écho lors des vernissages
Sur les magnifiques invitations meurtries par la grève des postes et parvenues comme si il y avait eu le chemin de Damas à franchir, nous découvrons sa photographie, un profil à la Julia Chinguetti de l’époque de l’Eurovision, la reproduction d’œuvres quasi oniriques qui nous placent sur une autre planète.
Reprenons les propos de Valentina, une Génoise qui vient de découvrir Liège.
« J’ai le pouvoir de voyager sur les ailes du rêve. Aux premières du matin, quand le rêve m’abandonne, je joue avec l’inconscient et mon esprit évacue des visions : ce sont des terres illuminées par le soleil, ce sont des chambres envahies par la lumière blanche de la lune, ce sont des forêts enchantées et silencieuses »


Il y a aussi notre propre regard vis-à-vis d’une artiste qui dégage une maturité étonnante même si elle a la facilité et le défaut d’être « architecturale » dans sa structuration.

Elle dépose quai de la Goffe, l’âme, les tourments, l’enthousiasme de la Renaissance italienne, d’une peinture où le crime côtoie le plaisir et le dépassement de soi.


Ce sont des murs de châteaux, des prisons dorées ou s’infiltre la lumière de la passion à moins que ce ne soit la dévotion. Ce sont des ciels de Toscane bien plus vrais que sur les dépliants touristiques, avec ce côté sombre qui nous rend métaphysiquement heureux et inquiet à la fois.

Ne pas rencontrer les peintures de Valentina Volpone, c’est nier l’Italie qui s’est incrustée dans notre art, songeons à Lambert Lombard, dans nos cœurs songeons à nos mineurs du soleil devenus noirs gaillettes à la remontée de nos charbonnages…


Galerie Emmanuelle. Quai de la Goffe 2B 4000 Liège GSM 0473/ 38.41.78. Fax 019/33.03.95 Courriel :emmanuelle.gialone@tiscali.be





Jean Pierre Keimeul