• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3199318

Reportage

Mis en ligne le 16/07/2006

Plus francophile que ça…


Comme depuis maintenant 61 ans, le 14 juillet à Liège a une fois de plus attiré la grande foule. Que peut-on y faire si le Cœur de la Cité ardente bat plus fort pour tout ce qui touche à la France et à ses valeurs républicaines (pour beaucoup en tout cas) qu’à un régime monarchique imposé par quelques grandes puissance en 1815 et à une monarchie importée en 1830 ? Mais bon, il faut faire avec la monarchie et ça ne nous empêche pas d’avoir des amis et de les fêter quand et comme il convient. C’est ainsi que ça se passe en Cité Ardente.
Pour en revenir à ce qui s’est passé à Liège ce vendredi 14 juillet, il faut évidemment mettre en exergue qu’il s’agissait pour M. Patrick Fers, le nouveau Consul Général de France à Liège, en fonction depuis septembre 2005, de s première expérience liégeoise.
Comme chaque année, à pareille époque, la journée a débuté très tôt d’abord par le Cimetière de Robermont où le Consul accompagné de nombreuses personnalités tant civiles que militaires ont fleuri les monuments de Marianne, de l’Interallié, de l’Absent, des victimes de Dachau et de l’association Française de Bienfaisance.
Il y eut ensuite, la cérémonie et le dépôt de fleurs au monument à la Résistance, avenue Rogier, en face des Terrasses où le Consul était en outre accompagné du général Bescon représentant personnel du Ministre de la Défense, la Ville de Liège ayant reçu, en 1919, la Légion d’Honneur pour son action extraordinaire lors de l’invasion allemande en 1914.
Cette matinée de commémorations se termina par une réception à l’hôtel de Ville de Liège où le Consul général, le Général et les amis français étaient reçus par le bourgmestre Willy Demeyer.

Les Côtes d’Armor à l’honneur

Comme nous l’écrivions déjà samedi matin, le Département français des Côtes d’Armor qui fête cette année le 10ème anniversaire de la « Charte d’amitié et de collaboration » signée avec la Province de Liège, était l’invitée d’honneur des festivités.

Descendant du TGV en début d’après midi, une délégation forte d’une quinzaine de personnes emmenée par le président du Conseil général des Côtes d’Armor, Claudy Lebreton était accueillie peu après au Palais des Congrès par les députés permanents Paul-Emile Mottard, Georges Pire et Olivier Hamal ainsi que par le Consul Général de France et Alain Laroche président des Amitiés Françaises de Liège.
La délégation était en outre composée de Vincent Le Meaux, conseiller général en charge du « GuidEurope », Jean Gaubert, député-conseiller général, membre de la Commission de l’Aménagement du territoire, des Infrastructures et de la Mer ; Michel Lamarche, conseiller général, membre de la commission des Solidarités, Michèle Pasteur, directrice de la Mission Europe et International, Michel Arouche (époux d’une Liégeoise) président de l’Association Armor – Liège , Françoise Visdeloup, responsable du Théâtre Gazibul, Jean-Claude Persais, membre du comité de jumelage Lancieux-Oreye, Bernard Nonnet, maire de la commune d’Erquy (miam, miam les coquilles Saint Jacques) jumelée avec la commune d’Oupeye ainsi que des confrères journalistes : Marie-Claude Chaupitre (Ouest-France), Dominique Perrot (Le Télégramme) Emile Guyot (France Bleu Armorique) et Christine Simon (RFC Clarté).

Nos amis costarmoricains étaient de suite en pays de connaissance puisque dès l’entrée au Palais, ils devaient inévitablement tomber sur le petit stand créé à leur intention et où notre « photographe de rue », l’artiste Jim Sumkay leur présentait ses superbes images réalisées lorsque, en pays d’Armorique, l'Office de Développement Culturel (ODDC) lui avaient largement ouvert toutes les portes lors de sa résidence photographique en avril dernier.
Il s’en suivit une petite conférence de presse au cours de laquelle tant les responsables liégeois que ceux des Côtes d’ Armor, tout en se félicitant des 10 ans de partenariat et d’amitié, ont brièvement fait le point sur tout ce qui a pu se passer en 10 ans et de l’utilité d’une telle coopération entre les deux régions.
Le président du Conseil Général des Côtes d’Armor, Claudy Lebreton résuma bien l’utilité d’une telle coopération : « Ce ne sont pas les Etats qui feront l’Europe de demain, mais bien des partenariats entre régions et des accords comme les nôtres qui permettent aux personnes de mieux se connaître, de se rencontrer, de se comprendre et finalement travailler ensemble dans de nombreux domaines. C’est cette proximité entre les personnes qui fera que nous avancerons dans la création d’une Europe qui sera celle des gens … »

Le Consul général a brisé la glace… de belle manière

Costarmoricains et journalistes liégeois ont ensuite rejoint dans le « Grand foyer » du Palais des Congrès, les quelques 800 invités du Consul Général de France qui, à l’occasion du 14 juillet avait tenu, tout comme ses prédécesseurs, à saluer les représentants des mondes politiques, économiques, culturels, mais aussi de nombreux ressortissants français de la Province de Liège et boire avec eux le verre de l’amitié.
Pour Patrick Fers, c’était la première fois que le nouveau Consul général de France pouvait mieux se faire connaître aux Liégeoises et aux Liégeois. Exercice difficile quand on sait comment les Liégeoises et les Liégeois prennent à cœur et réagissent vite (la tête près du bonnet) à ce qu’on peut leur dire.

Mais d’emblée, le nouvel consul a su trouver les mots qu’il convenait pour capter l’assemblée en rappelant des faits pas si vieux : « Je dédie cette commémoration à votre ancien bourgmestre, Xavier Neujean, qui, il y a 70 ans aujourd’hui, le 14 juillet 1936, hissa les couleurs françaises sur l’Hôtel de Ville. Par ce geste symbolique, il montrait sa foi dans les principes de liberté, d’égalité, de fraternité, au moment où d’autres ne voulaient pas voir la différence radicale entre le nazisme montant et la démocratie.
Cette clairvoyance et ce courage de Xavier Neujean, ce furent aussi celles de grands Liégeois qui, en 1940, se sont engagés dans un combat que beaucoup de leurs contemporains considéraient perdu d’avance. Ils étaient les frères de Jean Moulin et des Francs-tireurs et Partisans français. Aussi déboussolés qu’eux dans l’effondrement de 1940. »
Il rendit aussi hommage à un grand Liégeois récemment décédé, le comte Pierre Clerdent. Patrick Fers cita également Paul Claudel : « L’Ambassadeur Paul Claudel en visite ici en 1933 disait que Liège était une ville nécessaire. Il voulait dire par là qu’il était impossible qu’une ville ne naquît pas ici, au carrefour des voies terrestres et fluviales qui relient l’Est à l’Ouest et le Nord au Sud. C’est cette vocation à la communication qui conduit Liège à d’ambitieux programmes fluviaux, aéroportuaires et ferroviaires que le Plan Marshall de la Région wallonne vient aujourd’hui reconnaître et épauler. Les pôles de compétitivité français sont bien entendu demandeurs de coopération avec ces programmes liégeois dans un esprit de complémentarité et non de concurrence. Mais lorsque Claudel parlait de Liège comme d’une ville nécessaire, il disait aussi que quelque chose manquerait à la France si n’existait pas ce poste avancé de notre langue et de notre culture commune aux marches de l’Est. Non pas comme un coin enfoncé, menaçant, mais comme un pont entre la romanité et les cultures de langues germaniques.




Mais c’est la fin de son discours qui retint toute son attention. En effet, dans un wallon un peu approximatif mais en wallon quand même, Patrick Fers devint Tchantchès pendant plus de deux minutes et fut même chaleureusement applaudi avant même d’avoir terminé. Il dira :
« ’On tape fou qui dj’so di-d’la Mouse,
Et, ma frike ! dj’i n’sé d’là qui dj’so.
Dji n’a nou parintèdje so l’tére
I lon qu’dj’i r’monte, dj’i n’ritrouve rin.
Li téré walone, volà m’seule mére,
Tos les Walons sont mes parints !
Et c’est mi qu’est Tchantchès
Li pus peûr des Lidjwés
Qu’i n’aye é l’Wlonreye
Mole lawe et grand blagueur
Mins todi d’bone houmeur
Dj’i tchante, dj’i potche, dj’i reye !
Viv Lidje, viv li Walonreye, viv li Belgique, viv li France. »

Alors là, on ne peut dire que bravo, parce que pour les Liégeoises et les Liégeois, la glace (toujours très mince finalement en ce qui concerne les Français) est définitivement rompue et fera de ce discours l’un des plus intéressants depuis longtemps.

Agapes, Costes du Rhône, Bouldou et compagnie

Après une interprétation de très grande qualité de la Marseillaise et le cocktail, la fête s’est alors déplacée vers la grande salle des fêtes où, à l’initiative des « Amitiés Françaises de Liège avait lieu les «Agapes de Marianne » (toujours excellentes) avec aussi la grande entrée (très cérémoniale) et les intronisations (dont celles entre autres du Président du Conseil général des Côtes d’Armor, Claudy Lebreton et Alain Laroche des Amitiés françaises de Liège) à la Baronnie liégeoise de la Commanderie des Costes du Rhône.

Pendant la soirée, remise de cadeaux (au Président du Conseil Général des Côtes d’Armor, à Paul Bolland, le gouverneur honoraire) , excellente animation musicale de « Sono Falzar » et aussi et surtout un superbe feu d’artifice (voir article précédent).
Sur l’esplanade du Palais, sous le chapiteau où « Bouldou » avait fait monter l’ambiance, c’était complet tandis que dans le sous-sol, le « Bal de la Bastille » en a attiré plus d’unes et uns. On peut estimer, en tenant compte aussi de ce qui se passait au même instant sur le "Villager gaulois" qu'au moins entre 30 à 40.000 personnes ont participé aux fêtres du 14 juillet de Liège.
On ne peut, une fois encore, que féliciter l’organisation de cette soirée qui rappelons-le, permet aux « Amitiés Françaises de Liège » non seulement de perpétuer les liens qui existent entre notre Pays de Liège et l’Hexagone mais aussi de réunir des fonds qui chaque année (près de 10.000 €) sont distribués à plusieurs associations caritatives liégeoises et françaises.
Et quand on vous dit que « Plus francophile que ça… », il faut venir à Liège pour le croire…

Les photos de haut en bas:

- Le Consul Général de France M. Patrick Fers lors de son allocution.
- L'arrivée de la délégation des Côtes d'Armor.
- La conférence de presse sur les 10 ans de collaboration entre la Province de Liège et le département des Côtes d'Armor.
- Les invités dans le "Grand Foyer" du Palais des Congrès
- Pendant le discours du Consul général, on reconnait notamment, de gauche à droite : le député permanent Georgres Pire; le président du Conseil général des Côtes d'Armor, Claudy Lebreton ; le gouverneur de la Province de Liège Michel Foret; la ministre Marie-Dominique Simonet ; le bourgmestre de Chaudfontaine M. Bacquelaine; le bourgmestre de Liège Willy Demeyer; le député permanent Paul-Emile Mottard ; l'échevin de la Jeunesse et des Sports de la ville de Liège Miguel Mevis, Alain Laroche, président des Amitiés Françaises de Liège et la députée et conseillère communale Marie-Claire Lambert.
- L'entrée des membres de la Baronnie liégeoise de la Commanderie des Costes du Rhône

Autres moments forts durant les Agapes de Marianne


Claudy Lebreton apportant le salut du département des Côtes d'Armor au public liégeois

Remise des cadeaux, de gauche à droite on reconnait Paul-Emile Mottard, Olivier Hamal, Georges Pire, Claudy Lebreton et le gouvcerneur Michel Foret

La Commanderie des Costes du Rhône va procéder à de nouvelles intronisations

Paul Bolland est honoré par le gouverneur Michel Foret et le président des Amitiés Françaises de Liège Alain Laroche, pour son travail accompli au niveau des relations réalisées et entretenues entre le Pays de Liège et la France





Gaston LECOCQ